Ligue 1: Marseille enfonce un peu plus Montpellier

le
0
ANDRÉ-PIERRE GIGNAC OFFRE LA VICTOIRE À MARSEILLE FACE À MONTPELLIER
ANDRÉ-PIERRE GIGNAC OFFRE LA VICTOIRE À MARSEILLE FACE À MONTPELLIER

PARIS (Reuters) - Comme si la victoire fuyait le champion de France en ce début de saison, Montpellier s'est incliné 1-0 dimanche à la Mosson face à Marseille grâce à un but d'André-Pierre Gignac en état de grâce depuis la reprise.

Les Marseillais poursuivent leur sans faute avec trois victoires en autant de matches et occupent seuls le sommet du classement.

En dépit de ce démarrage en trombe, qui contraste singulièrement avec l'année dernière, l'entraîneur Elie Baup s'est bien gardé de céder à l'euphorie: "Évidemment, c'est une bonne chose. Mais tout cela est provisoire."

"Il faut voir plus de matches, voir à la dixième journée où on se situe", a-t-il précisé en conférence de presse.

Pour voir des buts, il fallait aller plus au nord, à Saint-Etienne où les Verts, avec une équipe largement remaniée, ont écrasé Brest (4-0). Pierre-Emerick Aubameyang a frappé par deux fois (13e et 62e), Romain Hamouma (30e) et Josuha Guilavogui (61e) ont aussi trouvé le chemin des filets.

Pour les Stéphanois, qui naviguaient avant le coup d'envoi dans les profondeurs du classement avec un zéro pointé, le salut est venu des côtés, d'où sont partis les trois premiers buts.

Romain Hamouma a déboulé dans le couloir droit pour servir Pierre-Emerick Aubameyang, laissé libre de ses mouvements au milieu de la surface de réparation, avant de profiter d'un bon travail du Gabonais sur le côté gauche pour doubler la mise.

Sur le troisième but, c'est François Clerc, pour sa première chez les Verts, qui a délivré la passe décisive depuis la droite à Josuha Guilavogui. Pierre-Emerick Aubameyang a enfoncé le clou en passant cette fois dans l'axe du terrain.

"ON VA VOIR SI ON EST COSTAUD"

Saint-Etienne grimpe d'un seul coup à la dixième place, loin devant Montpellier, 18e à égalité avec Evian et Troyes.

Un point, deux défaites, dont l'une contre Lorient la semaine dernière (2-1), et un match nul face à Toulouse (1-1): voilà le bilan famélique des joueurs de René Girard, qui avaient réalisé un neuf sur neuf au soir de la troisième journée il y a un an.

"On ne peut pas dire que ce soit une bonne dynamique et qu'on soit dans la sérénité, mais on ne va pas se jeter au canal", a prévenu l'entraîneur René Girard.

"C'est là qu'on va voir si on est costaud ou pas", a-t-il dit.

A domicile, les Montpelliérains étaient donc dans l'obligation de marquer, mais ils ont eu beaucoup de mal à insuffler un peu de fantaisie offensive dans ce match verrouillé.

Seul Younès Belhanda a fait frémir les supporters héraultais en première période en touchant la transversale. Mais le drapeau était levé pour un hors-jeu.

En face, André-Pierre Gignac a tenté avant la pause de répéter le même coup que dimanche dernier, lorsqu'il avait marqué de la tête, mais cette fois sans succès.

Faute de réussir à passer par les airs, l'ancien Toulousain est passé par le sol en deuxième période. A la 77e minute, il a déclenché une frappe depuis l'angle de la surface de réparation qui a surpris, malgré sa trajectoire rectiligne à ras de terre, le gardien Geoffrey Jourdren.

L'attaquant qui n'avait marqué qu'un but sur l'ensemble de la saison en championnat la saison dernière, a d'ores et déjà doublé ce total en à peine trois matches.

Nouveau test pour le buteur et son équipe: le match retour de barrage de la Ligue Europa jeudi face au Sheriff Tiraspol, après la victoire 2-1 en Moldavie à l'aller.

Simon Carraud avec Dimitri Moulins à Montpellier, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant