Ligue 1 : Marseille à 10 craque à la toute fin face à Rennes

le
0
Ligue 1 : Marseille à 10 craque à la toute fin face à Rennes
Ligue 1 : Marseille à 10 craque à la toute fin face à Rennes

Marseille a longtemps cru rebondir sur la pelouse de Rennes, mais a cédé dans les tout derniers instants, battu 3 à 2, mercredi lors de la 6e journée de Ligue 1, et reste englué au fond du classement. Après un nul insipide contre Lyon (0-0) dimanche dernier, l'OM ne décolle pas de la 15e place, avec 5 points, alors que Rennes, qui a signé sa troisième victoire en autant de matches au Roazhon Park, remonte à la 8e place avec 10 points. Les joueurs de Franck Passi devront se montrer plus solides en défense pour espérer un meilleur résultat contre Nantes, dimanche, et éviter une mini-crise d'automne.

 

Le stoppeur Tomas Hubocan a connu une soirée particulièrement difficile, d'autant plus que son coéquipier sur la ligne arrière de l'OM, le Japonais Hiroki Sakaï, est sorti rapidement, blessé. Hubocan a d'abord été directement à l'origine de l'ouverture du score rennaise, d'une remise de la tête en retrait trop faible, exploitée d'un joli lob dosé de Giovanni Sio sur un Yohann Pelé sorti de ses buts (1-0, 41e). Il a ensuite provoqué le penalty en faisant faute sur le latéral gauche Ludovic Baal à 5 minutes de la fin, un pénalty transformé par Kamil Grosicki (2-2, 86e), dont la rentrée à l'heure de jeu a été décisive, puisqu'il a aussi adressé le centre parfait qui a permis à Adrien Hunou de donner la victoire aux Bretons (3-2, 88e).

 

L'épilogue n'avait toutefois rien d'illogique, puisque Marseille a été aidé deux fois par ses poteaux. D'abord sur un pointu de Giovanni Sio (47e), bien servi par un Paul-Georges Ntep qui avait retrouvé sa position fétiche de milieu gauche, après avoir râlé contre son positionnement en attaquant axial à Monaco. Ensuite sur une frappe de Hunou, déjà servi d'un bel extérieur du pied par Grosicki (79e).

Doublé de Gomis

Marseille peut toutefois s'en vouloir, et tout particulièrement de la nervosité de ses joueurs, à l'image de Zinédine Machach, expulsé à la 65e après ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant