Ligue 1: Lyon veut le podium comme cadeau de Noël

le
0

par André Assier

LYON (Reuters) - Revenu dans le peloton de tête de la Ligue 1 grâce à sa victoire sur Toulouse, l'Olympique Lyonnais veut s'offrir une place sur le podium comme cadeau de Noël.

Le trou d'air de novembre et les couacs à répétition, tant en Ligue des champions - deux défaites face au Real Madrid et un nul quasiment éliminatoire devant l'Ajax Amsterdam - qu'en Ligue 1 - double défaite à Sochaux et contre Rennes - semblent effacés.

D'un point de vue comptable, la série de cinq défaites en huit matches entre mi-septembre et fin novembre est en partie comblée par les succès à Auxerre (0-3) puis devant Toulouse. Lyon reste dans le viseur de Montpellier, sept points devant, du PSG (4) et de Lille (2).

Mais cette 800e victoire dans l'élite apporte peut-être un peu plus que cela. Elle montre que Lyon peut tenir la cadence imposée par les meilleurs.

"Cela met du piment dans toute cette période. Cela nous 'booste' vraiment", affirme le milieu de terrain Maxime Gonalons.

Le septuple champion de France, comme la semaine dernière à Auxerre, a joué dimanche en baisser de rideau de la journée avec en tête tous les résultats des autres prétendants. Mais cela ne l'a pas gêné.

Lyon a montré qu'il avait les nerfs pour tenir. "Il y a eu du courage, mais pas que cela", détaille Rémi Garde, l'entraîneur.

Du coup, l'OL se lance un défi. "Ce serait bien que pour la trêve de Noël, on soit sur le podium", explique Ederson, buteur dimanche. "En attendant, il faut rester au contact des autres. C'est ce que nous faisons, c'est bien."

LES CADRES REVIENNENT EN FORME

Et tant pis si tout cela se passe un peu dans la crispation comme face à Toulouse, où Lyon a mené 3-0 avant de trembler quand les visiteurs ont grignoté leur retard pour échouer à 3-2.

"Il y a des matches comme cela contre de telles équipes qui proposent une forte résistance athlétique, avoue Rémi Garde. Il faut en avoir. Il y a des matches que l'on gagne plus par le jeu et d'autres par le courage. C'était le cas face à Toulouse."

De plus, Lyon retrouve des cadres en forme.

Ederson, blessé de longue date (ischios-jambiers à l'été 2010 et ligaments croisés du genou à l'été 2011) marque de nouveau, Lisandro a inscrit son 48e but avec l'OL en 95 rencontres et Michel Bastos est toujours le poison des défenses adverses.

Dans ce tableau manque un homme, Yoann Gourcuff.

Pour la deuxième fois de suite, l'ex-Bordelais, plus gros transfert du club de l'été 2010, s'est assis sur le banc au début du match pour y rester l'intégralité. Pis, c'est le jeune Clément Grenier qui lui a été préféré pour un remplacement tactique en fin de match.

Rémi Garde a envoyé un message clair: la jeunesse de Grenier n'est pas un obstacle dans son esprit pour établir une hiérarchie dans laquelle Yoann Gourcuff est désormais en troisième position dans l'ordre des n°10 du club.

Cette situation va relancer les spéculations sur un départ du joueur au mercato d'hiver, peut-être vers Arsenal. Le club, engagé dans une politique d'austérité, économiserait encore un salaire mensuel de 400.000 euros.

Edité par Pascal Liétout et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant