Ligue 1: Lyon, "un diesel" qui recule

le
0
LYON RECULE AU CLASSEMENT
LYON RECULE AU CLASSEMENT

par Dimitri Rahmelow

NANCY (Reuters) - L'Olympique Lyonnais n'a pas su se remettre dans le sens de la marche en se faisant surprendre samedi soir par l'AS Nancy-Lorraine (2-0) et recule ainsi d'une place au classement de la Ligue 1, accusant désormais sept points de retard sur Lille, troisième du classement.

Les Rhodaniens, qui ont pourtant débuté le match avec leurs meilleurs éléments et toutes leurs forces offensives, n'ont pris que cinq points sur 24 possibles lors de leurs huit derniers matches de championnat mais restent étonnamment confiants pour la fin de saison.

"Je m'excuse de toujours y croire", a lancé l'entraîneur Rémi Garde à l'issue du match.

"J'ai un groupe à réaction, j'ai un constat, mais je n'ai pas les explications. Il faudra que je revois le match. C'est difficile à encaisser, mais la déception est atténuée par les résultats des autres équipes", ajoute le technicien.

L'Olympique de Marseille a en effet été défait à domicile par Toulouse (1-0), Lille a buté contre Auxerre (2-2), Saint- Etienne a été battu par Évian (2-0) et Montpellier n'a pas su se débarrasser de Dijon (1-1).

Lors de la séance vidéo, le staff technique devrait probablement dresser un catalogue - inquiétant - des carences affichées samedi sur le terrain synthétique de Marcel-Picot. S'il a affiché 65% de possession de balle, l'OL a produit un déchet rédhibitoire dans les 30 derniers mètres.

"L'équipe joue bien les matches décisifs mais pas les matches communs. Tout en maîtrisant, on se retrouve en difficulté. On n'a pas beaucoup d'accélération et on a un problème de motivation. On est un peu 'diesel'", avoue le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, le regard noir.

"DÉSORDONNÉS ET SANS MENTAL"

Les Lorrains, qui ont comme d'habitude joué très bas, ont trouvé une première fois la faille sur une tête de Sébastien Puygrenier sur un corner de Yoann Mollo. Djamel Bakar a doublé la mise sur une frappe splendide qui a trouvé l'intérieur du poteau droit d'Hugo Lloris.

"On n'a pas su changer le rythme dans les 30 derniers mètres, on a manqué de puissance, de spontanéité, de vivacité. On s'est exposés aux contres. Il y avait de bonnes choses dans les phases de préparation et après, c'était compliqué", concède Garde.

Le groupe lyonnais devrait en savoir plus à l'issue du mois de mars qui l'aura vu affronter Lille et Saint-Etienne en championnat, puis Paris en quart de finale de Coupe de France. Un sans-faute ou presque serait la seule recette comptable et mentale de remplir les objectifs.

"Cette saison, les confrontations directes seront décisives pour le podium. On sait ce qu'il nous reste à faire contre Lille. Par rapport à ce qu'on propose depuis le début de saison, on est à notre place. Il va falloir élever notre niveau collectif", lâche le gardien Hugo Lloris, également capitaine de l'équipe de France.

L'OL aura l'occasion de se rassurer mercredi lors de huitième de finale retour de la Ligue des Champions sur le terrain de l'Apoel Nicosie. Une qualification redonnerait confiance au groupe, qui est, peut-être, rongé par les questions.

"De toute façon, il faut avancer en étant groupé. Ce n'est pas en allant à la guerre de manière désordonnée et sans mental qu'on gagne les matches les plus importants qui sont devant nous", gronde le président Jean-Michel Aulas, contrarié par les réactions sinusoïdales de son équipe.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Benjamin Massot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant