Ligue 1: Lyon navigue entre deux sentiments

le
0
LYON ENTRE DEUX SENTIMENTS
LYON ENTRE DEUX SENTIMENTS

par André Assier

PARIS (Reuters) - Après son premier match nul concédé depuis 18 rencontres en Ligue 1, l'Olympique lyonnais navigue entre la satisfaction d'un point pris chez un concurrent direct, Marseille, et le regret d'avoir laissé échapper un succès qui l'aurait relancé.

Bouteille à moitié vide ou à moitié pleine ? Lyon hésite, avec un partage des points (2-2) qui laisse les deux équipes aux places occupées avant le coup d'envoi, la quatrième pour Lyon, la cinquième pour Marseille.

"Nous sommes rentrés en étant un peu endormis et du coup nous avons débuté le match à 2-0. Ce résultat apparaît comme logique même si nous voulions gagner", analyse l'attaquant lyonnais Lisandro.

Lyon a donc fait match nul, ce qui ne lui était plus arrivé depuis le 20 août, lorsque les Rhodaniens avaient été tenus en échec à Brest (1-1). En 18 matches, l'OL avait gagné onze fois, mais aussi beaucoup perdu, à sept reprises.

"C'est un bon match nul qui nous laisse sur notre faim et sur un sentiment d'inachevé", estime Rémi Garde, l'entraîneur lyonnais.

Que retenir, donc, de cette partie ? L'entame de match une nouvelle fois délicate et le score de Marseille à la demi-heure de jeu ? Ou les capacités de réaction d'un groupe revenu en dix minutes à égalité juste avant la pause.

"Nous sommes passés par tous les sentiments. Nous avons pris des buts similaires, nous avons su rebondir et nous pensions qu'à 2-2, ils allaient s'écrouler", constate Hugo Lloris, le gardien de l'OL et de l'équipe de France.

Au-delà de ces interrogations, Lyon a toutefois mis fin à une mauvaise série chez les cadors de la Ligue 1, puisque avant ce match au Vélodrome, l'OL avait perdu à Paris, à Montpellier et à Lille.

"UN ÉTAT D'ESPRIT"

"Si j'enlève les 25 premières minutes où notre niveau de jeu était trop bas, je pense que l'attitude de l'équipe pour revenir a été la bonne. Nous avons su réagir après nos erreurs", constate Rémi Garde, qui confie toutefois qu'il aimerait bien retrouver "la maîtrise" dont faisait preuve son équipe dans la première partie de saison.

En attendant, Lyon a encore montré du caractère, quelques jours après l'heureux dénouement de Lorient, en demi-finale de Coupe de la Ligue, où l'égalisation dans le temps additionnel a mis l'OL sur les rails d'une qualification acquise en prolongations (4-2).

"C'est un état d'esprit. L'OL est un club où nous avons pris l'habitude de ne jamais renoncer et personne ne triche", estime Bakary Koné.

Et si le podium est toujours à portée - Lyon est à égalité de points (39) avec Lille, qui a un match en moins - , Paris et Montpellier, avec respectivement dix et sept points d'avance, possèdent une bonne marge.

Mais Jean-Michel Aulas préfère prendre le bon côté des choses en retenant que le bilan sur la double confrontation de la saison face au rival marseillais est positif et que ceux qui font la course en tête finiront bien par craquer.

"Nous avons pris quatre points à Marseille, c'est bien et cela comptera. Le PSG est-il trop loin ? Quelque chose me dit qu'il va se passer un truc quand je vois l'état de fébrilité du PSG. Je dis, avec expérience, que rien n'est joué", estime-t-il.

Avant la conclusion du championnat, Lyon et Marseille auront une nouvelle occasion de s'expliquer. Ce sera le 14 avril au Stade de France pour la finale de la Coupe de la Ligue.

Edité par Olivier Guillemain et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant