Ligue 1: Lyon doit redresser la barre face au PSG

le
0

par André Assier

LYON (Reuters) - Lyon, qui reste sur un début de phase retour catastrophique, ne peut plus se permettre de perdre des points à domicile, qui plus est dans un match de gala, samedi, face au Paris Saint-Germain, leader de la Ligue 1.

L'OL, qui pointe actuellement à la sixième place du championnat et compte 12 points de retard sur le PSG, a vécu des premières semaines 2012 très contrastées, avec les épreuves à éliminations directes plutôt réussies - ballottage favorable en Ligue des Champions, qualification pour la finale de la Coupe de la Ligue et qualifié pour les quarts de finale de Coupe de France - et un championnat vécu à un rythme de relégable.

Rémi Garde, l'entraîneur de l'OL, définit clairement l'objectif du week-end: "Ce match est important pour nous. Nous jouons contre le leader et nous nous devons de nous racheter de nos piètres performances de Caen et Bordeaux."

En cinq rencontres en 2012, Lyon n'a gagné qu'une fois, face à Dijon, et ramené un point important de Marseille mais a trébuché contre Caen, Montpellier et Bordeaux.

"Je pense qu'il ne faut pas parler de crise", dit toutefois Ederson. "Nous avons perdu en championnat mais dans le football cela va très vite. On sait qu'il va falloir beaucoup de travail et surtout ne rien lâcher."

Cris, le capitaine brésilien, tire malgré tout la sonnette d'alarme.

"Nous avons des joueurs plus talentueux qu'avant, mais il nous manque quelque chose, je ne sais pas quoi. J'ai peur que nous ne soyons pas sur le podium", prévient-il.

De ce parcours moyen naît une conséquence fâcheuse: sans podium, pas de Ligue des Champions, pierre angulaire du fonctionnement économique du club depuis l'an 2000 puisque l'épreuve amène environ 20 millions d'euros sur un budget de 150 millions.

"Nous nous sommes franchement compliqués la tâche. Notre droit à l'erreur diminue et il faut que nous nous remettions en cause", affirme Garde.

"UNE BELLE OPPORTUNITÉ"

Si le PSG est, de son côté, toujours en tête de la Ligue 1, il reste sur un match nul (2-2) concédé au Parc des Princes face à Montpellier, son dauphin. Mais ce résultat mitigé ne trouble pas les troupes.

"Ce n'est pas parce qu'on a fait un match nul au Parc des Princes contre Montpellier qu'on se met la pression (...) On est sereins, sûrs de nos qualités, conscients de nos forces collectives", a affirmé cette semaine Mamadou Sakho.

"C'est dans ce genre de match qu'on peut se juger un peu. Quand on joue contre des équipes de qualité, on peut mieux juger des qualités collectives."

De même, Carlo Ancelotti, l'entraîneur du club de la capitale, n'en fait pas un drame mais il a indiqué vendredi, lors d'une conférence de presse, la direction à suivre.

"Je pense que, contre Lyon, nous devrons mieux commencer le match, avec plus de confiance que contre Montpellier et bien jouer dans la continuité durant 90 minutes", a dit le technicien italien. "C'est important de faire un bon match contre une bonne équipe. Nous avons une belle opportunité."

Un opportunité de creuser encore l'écart tant Lyon semble dans une passe difficile.

"Cela reste une équipe du niveau Ligue des Champions quand même, avec pas mal de joueurs de qualité, beaucoup d'internationaux, capables notamment de renverser des situations sur certains matches", modère Sakho.

Pour cette rencontre, Rémi Garde sera privé une nouvelle fois de Yoann Gourcuff, touché aux adducteurs, et de Clément Grenier, victime d'une entorse à la cheville, mais il pourrait voir le retour de Dejan Lovren, en délicatesse avec ses tendons depuis la fin de l'année dernière.

De son côté, Paris devra à nouveau se passer de Christophe Jallet, blessé à la cuisse, alors que Milan Biseva, touché à la cuisse droite, et Marcos Ceara, victime d'un virus, sont incertains.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant