Ligue 1: Lyon-Bordeaux, un ancien grand rendez-vous

le
0
LYON FACE À BORDEAUX DIMANCHE
LYON FACE À BORDEAUX DIMANCHE

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Il y a encore peu, un match entre Lyon et Bordeaux aurait constitué une des grandes affiches de la saison de Ligue 1 mais dimanche soir, c'est bien à une rencontre entre deux équipes du bas de tableau auquel le public de Gerland est convié.

Les Rhodaniens, 14e et qui n'ont gagné que trois de leurs neuf matches, et les Girondins, classés un rang plus loin et qui ne comptent que deux succès depuis le début de la saison, s'affronteront dans une rencontre qui pourrait un peu plus enfoncer le perdant.

Si Bordeaux reste sur un large succès face à Sochaux (4-1) qui a ramené des sourires, Lyon a toujours en tête sa déroute à Montpellier (5-1).

Pourtant en 2010, il y a seulement trois ans et demi, ces deux équipes s'affrontaient en quart de finale de la Ligue des champions. Lyon était sorti vainqueur de la double confrontation avant de tomber en demi-finale face au Bayern Munich.

Rien ne laissait alors penser que le dernier champion de France (Bordeaux en 2009) et le club qui avait décroché juste avant sept titres consécutifs (Lyon de 2002 à 2008) allaient peu à peu sombrer.

La saison dernière a fait encore illusion, Lyon montant sur la troisième marche du podium, Bordeaux remportant la Coupe de France et disputant un huitième de finale de la Ligue Europa.

La dégradation de la situation des deux équipes est avant tout la conséquence de problèmes financiers.

DÉFICITS

Depuis 2010, Lyon accumule les déficits (35 millions d'euros en juin 2010, 20 millions lors du dernier exercice) et a dû se séparer de nombreux joueurs comme Hugo Lloris, Lisandro Lopez, Miralem Pjanic, Anthony Réveillère, Michel Bastos ou encore Aly Cissokho.

Pour sa part, Bordeaux a cumulé près de 40 millions de déficit sur cette période et a dû laisser partir certains de ses meilleurs éléments, à commencer par Yoann Gourcuff, recruté par Lyon pour 23 millions. Sans réussite.

Ont également quitté les bords de la Garonne des joueurs comme, entre autres, Fernando, Marouane Chamakh, Wendel, Alou Diarra, Fernando Cavenaghi, Benoît Trémoulinas et Jaroslav Plasil.

L'entraîneur lyonnais Rémi Garde ne fuit pas ses responsabilités par rapport aux résultats et ne veut pas "ouvrir le parapluie".

"Je suis conscient des difficultés en sachant qu'elles ne sont peut-être pas terminées. Je suis impliqué à fond. Le club est dans une phase de transition avec des perspectives concrètes. Il faut passer au mieux cette phase", a-t-il dit en conférence de presse.

A Bordeaux, Francis Gillot, qui a succédé à Laurent Blanc parti en 2010 et Jean Tigana qui n'a tenu qu'une saison (2010-2011), connaissait lui aussi la situation.

Le club a donné la priorité à l'assainissement de ses finances et comme Lyon donne désormais la priorité à son centre de formation et à la jeune génération qui en est issue.

INFIRMERIES PLEINES

La victoire des Bordelais en Coupe Gambardella en match d'ouverture de la finale de la Coupe de France semble leur donner raison.

En attendant Francis Gillot a manifesté son désarroi après avoir été critiqué pour avoir aligné deux fois une équipe bis en Ligue Europa pour autant de défaites, assurant que son effectif ne lui permet pas de jouer sur plusieurs tableaux.

"La C3, on ne peut pas la jouer cette année, je ne vais pas inventer un effectif", a-t-il dit après la défaite à domicile face au Maccabi de Tel-Aviv (2-1). Il avait été démenti par son président, qui a assuré avoir de l'ambition dans la compétition européenne.

Avant d'aller affronter l'OL, Francis Gillot sait que le club de Jean-Michel Aulas connaît des difficultés "un peu du même acabit" que le sien, "un manque de moyens par rapport à des équipes comme Paris, Monaco, Marseille".

De plus, les deux entraîneurs sont encore une fois privés de plusieurs joueurs.

A Lyon, Bakary Koné et Samuel Umtiti, tous deux touchés à une cuisse, sont forfaits, Miguel Lopes est incertain, et Henri Bedimo et Maxime Gonalons sont suspendus.

Côté bordelais, Nicolas Maurice-Belay, Maxime Poundjé et Henrique sont suspendus. Mariano, qui souffre du dos, est très incertain, André Biyogo-Poko, victime d'une fracture à un pied, est toujours indisponible.

Avec André Assier à Lyon, édité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant