Ligue 1: Lorient est toujours en construction

le
0
LORIENT TOUJOURS EN CHANTIER
LORIENT TOUJOURS EN CHANTIER

par Pierre-Henri Allain

LORIENT, Morbihan (Reuters) - Après une saison délicate achevée à la 17e place, aux portes de la relégation, Lorient entame un septième exercice d'affilée en Ligue 1 entouré d'incertitudes sur son effectif.

La situation des Merlus est paradoxale en cela que le club est un des rares en France à être en bonne santé financière et en profite pour pérenniser ses structures.

Durant toute la saison, Christian Gourcuff, entraîneur des Bretons depuis 2003, a dû composer avec un groupe handicapé par les blessures qui pèsent encore à l'approche d'une autre saison.

"Il y a eu peu de mouvements mais on aimerait engager un ou deux éléments offensifs. Il est surtout difficile de savoir à quel rythme les blessés seront à nouveau compétitifs et pourront pleinement réintégrer le groupe", disait-il récemment.

Si l'attaquant Jérémy Aliadière semble avoir retrouvé ses moyens en attaque, les pronostics sont plus réservés pour Julien Quercia et Gilles Sunu, deux autres éléments offensifs dont les absences ont lourdement pénalisé le club ces derniers mois.

L'attente de recrues a en partie été comblée puisqu'après avoir engagé Alain Traoré, Lorient a fait signer cette semaine l'ancien international français Ludovic Giuly.

D'autres mouvements pourraient intervenir car cette relative stabilité de l'effectif, souvent louée par les techniciens, n'a pas les faveurs de Christian Gourcuff.

"Cela peut être un plus au départ pour la cohésion de l'équipe et l'application de schémas tactiques mais cela entraîne aussi une perte de dynamique", souligne-t-il.

"Il faut de la nouveauté pour générer de l'enthousiasme et de la motivation."

Pour l'heure, la nouveauté s'appelle donc Traoré, le jeune milieu offensif de l'AJ Auxerre qui vient renforcer un secteur où les attentes sont fortes autour de Kévin Monnet-Paquet, très sollicité mais "intransférable" selon son président Loïc Fery.

En défense, le club mise sur la montée en régime de Lamine Koné ou Bruno Ecuele Manga, nommé capitaine. Ce secteur est pour l'heure le seul où l'effectif semble déjà au complet.

"ÊTRE TOUT DE SUITE COMPÉTITIFS"

Si des doutes accompagnent donc son effectif, Lorient peut s'appuyer sur des structures en constante évolution et des valeurs qui s'affirment de saison en saison, à commencer par sa qualité de jeu, marque de fabrique de Christian Gourcuff.

"Même si la seconde partie de la saison a été difficile, nous avons battu Marseille et Montpellier et le résultat aurait pu être bien meilleur à Lyon", rappelle l'entraîneur.

"Il est vrai que nous sommes moins à l'aise dans un contexte de jeu débridé que lorsque le jeu est plus stable et plus posé."

Depuis l'arrivée de l'homme d'affaires Loïc Fery, qui entame sa quatrième saison à Lorient, le club s'est consolidé et a trouvé une stabilité financière qui lui permet d'espérer s'installer durablement parmi l'élite.

Si le budget reste modeste et affiche une diminution par rapport à la saison passée (de 38 à environ 30 millions d'euros), Lorient est un des rares clubs français bénéficiaires et les rémunérations des joueurs sont liées aux résultats.

Cette bonne santé a notamment permis le transfert de Traoré pour environ cinq millions d'euros, un investissement rare du côté du Stade du Moustoir.

Le club devrait aussi pouvoir disposer, enfin, au printemps prochain, d'un des centres de formation et d'entraînement les plus modernes de France.

De plus en plus solide en coulisses, Lorient devra l'être très vite sur le terrain, où le programme est dense d'entrée.

Avant de recevoir le champion en titre Montpellier pour la deuxième journée, les Bretons auront le 11 août le redoutable privilège d'être le premier adversaire du PSG -comme l'année dernière, quand ils s'étaient imposés 1-0 au Parc des Princes.

"Cela devient traditionnel d'affronter Paris pour le premier match de la saison", observe Christian Gourcuff. "Mais cela décuple la motivation et oblige à être très concentré dans notre préparation pour être tout de suite compétitifs."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant