Ligue 1: Lille ne gagne toujours pas, Bastia chute

le
0
LILLE FAIT MATCH NUL 2-2 À NICE
LILLE FAIT MATCH NUL 2-2 À NICE

PARIS (Reuters) - Lille a conclu samedi par un match nul 2-2 à Nice une semaine maussade, en dépit du soleil qui arrosait le Stade du Ray lors de la troisième journée de Ligue 1.

Sous les yeux du sélectionneur Didier Deschamps, les Lillois ont montré par intermittence qu'ils avaient bon espoir de se racheter quatre jours après une défaite à Copenhague en match aller des barrages de la Ligue des champions (1-0).

Dimitri Payet, qui a fait oublier son penalty raté au Danemark en ouvrant le score, et le gardien Mickaël Landreau, auteur de quelques arrêts spectaculaires en fin de match, ont permis au Losc de rester invaincu cette saison en championnat.

Certes, les Lillois sont assurés, avec cinq points, de finir le week-end devant le champion en titre, Montpellier, qui reçoit Marseille dimanche (coup d'envoi à 17h00).

Et ils ne seront pas distancés, quoi qu'il arrive, par le Paris Saint-Germain, qui accuse trois points de retard sur le Losc avant d'accueillir Bordeaux (21h00).

Mais ils sont derrière des équipes moins redoutées et moins ambitieuses, comme Valenciennes qui s'est hissé au niveau de Lyon tout en haut du classement, avec sept points, en infligeant à Ajaccio une déroute (3-0).

Toulouse totalise le même nombre de points, grâce à sa victoire 1-0 à Nancy.

Bastia fait partie de ce contingent des sans-grade prêts à bousculer la hiérarchie habituelle.

Les Corses, promus en mai, se sont inclinés à Rennes (3-2), mais, bien que réduits à dix en début de seconde période, ils ont fait douter les Bretons jusqu'au but de Yann M'Vila à six minutes de la fin du temps réglementaire.

Le Stade de Reims a suivi l'exemple montré par Bastia en début de saison et renoué avec la victoire face à Sochaux (1-0), sa première depuis son retour au plus haut niveau, malgré un pénalty raté par Kamel Ghilas en première période.

Dans l'autre match, Troyes et Lorient ont fait match nul 2-2.

"ÇA PASSE OU ÇA CASSE"

Pour les Lillois, l'ambition était un peu plus élevée après l'affront danois.

"Le groupe a réagi après Copenhague, c'est la meilleure préparation possible pour (le match retour) mercredi", a salué l'entraîneur nordiste.

L'ancien Stéphanois Dimitri Payet, à la peine au Danemark, a bien mieux débuté en adressant dès la troisième minute un centre en retrait à Nolan Roux après une incursion dans la surface.

Faute de réussir à délivrer une passe décisive, il a marqué à la 36e minute après une passe de Florent Balmont, venu arracher le ballon dans les pieds de la défense niçoise.

Encore fallait-il préserver cet avantage. Les défenseurs lillois se sont montrés pour le moins distraits sur un coup-franc à la 43e minute, dont la trajectoire a été coupée par Nemanja Pejcinovic.

Les nuages ont continué de s'accumuler au-dessus de la tête de Rudi Garcia lorsqu'Eric Bauthéac a marqué au terme d'une contre-attaque menée à toute allure par Camel Meriem (55e).

Les Lillois sont revenus au contact à la 59e minute grâce à Djibril Sidibé. Pas intimidé pour ses débuts en Ligue 1, l'ancien Troyen de 20 ans a forcé l'entrée de la défense niçoise et marqué seul.

Le score n'a plus évolué par la suite, grâce à quelques arrêts réflexes de Mickaël Landreau.

Mercredi, face à Copenhague, les Lillois devront être plus brillants car ils n'auront d'autre choix que de gagner. Sans quoi ils ne pourront pas accueillir la Ligue des champions dans leur tout nouveau Grand Stade.

"Face à Copenhague, ça passe ou ça casse. Mais on a envie de revivre les émotions de la saison passée. A nous de montrer sur le terrain qu'on est meilleurs que Copenhague", a anticipé Rudi Garcia.

Après le défi danois s'en présentera un autre, tout aussi grand, puisque Lille recevra le PSG dimanche prochain pour un test entre grands ambitieux.

Simon Carraud, avec Etienne Ballerini à Nice, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant