LIGUE 1. Lille-Monaco : Eder, le bourreau bien-aimé

le , mis à jour à 09:54
0
LIGUE 1. Lille-Monaco : Eder, le bourreau bien-aimé
LIGUE 1. Lille-Monaco : Eder, le bourreau bien-aimé

Arrivé à Lille en janvier dernier dans l'anonymat le plus complet, grâce à son agent Mikkel Beck — un ancien joueur du Losc —, Eder n'a plus besoin de sortir son CV pour se présenter. La France du foot le connaît bien, désormais. « C'était un pari pour nous et pour lui, qui voulait se relancer en Ligue 1 afin de disputer l'Euro », rappelle Jean-Michel Vandamme, directeur général adjoint.

 

Avec 6 buts et 4 passes décisives en 13 matchs sous le maillot lillois, l'unique buteur de la finale de l'Euro a donc réussi à attirer l'oeil de Fernando Santos, le sélectionneur portugais. Pour ne disputer « que » cinquante-quatre minutes durant l'Euro, dont une fatale à l'équipe de France. « Je suis désolé pour la France mais pour nous, c'est fantastique d'être champion d'Europe », s'est-il presque excusé en revenant dans le Nord en juillet.

 

Difficile de lui en vouloir, néanmoins. Eder ne se départ jamais de son large sourire, a toujours un petit mot sympa pour les gens et fait preuve d'un grand professionnalisme au quotidien. « Quand il n'a pas entraînement, il se trouve quand même une activité sportive, avec un coach particulier, raconte l'un de ses proches. Il est la plupart du temps avec son compatriote Rony Lopes, c'est quelqu'un de très casanier. »

 

Installé dans un appartement aux abords de la place du Général-de-Gaulle de Lille, le Portugais est désormais à la recherche d'un endroit plus éloigné de la ville. « Il est reconnu dans la rue maintenant, poursuit cet ami de longue date. Mais il n'y a jamais eu d'animosité envers lui ici. Les Lillois l'aiment beaucoup et c'est réciproque. Il se sent bien ici. »

 

Son nouveau statut n'a rien changé. Eder est resté un homme simple. Il faut dire qu'il revient de loin : sa naissance en Guinée-Bissau, son enfance dans un orphelinat du Portugal, son père accusé du meurtre de sa belle-mère et incarcéré en Angleterre depuis l'âge de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant