Ligue 1: les Verts ont retrouvé des couleurs

le
0
MATCH TEST POUR LES STÉPHANOIS FACE AU PSG
MATCH TEST POUR LES STÉPHANOIS FACE AU PSG

par André Assier

SAINT-ETIENNE (Reuters) - Après un départ compliqué en août, Saint-Etienne arrive lancé et plein de confiance en cet automne 2012 qui peut lui donner des envies de sommets en fin de saison.

Et son déplacement à Paris ce samedi, lors de la onzième journée de Ligue 1, risque d'en dire beaucoup sur le vrai potentiel de cette équipe.

Dixièmes en 2011 puis septièmes la saison dernière, les Verts sont en progression constante depuis deux ans et, avant de défier le leader parisien, qu'ils n'ont plus battu depuis 2008, les hommes de Christophe Galtier pointent à la cinquième place du classement.

Pourtant, lors de la reprise, les deux défaites d'entrée face à Lille (2-1) puis contre Toulouse (2-1) laissaient présager un tout autre destin.

Après ces deux revers, l'ASSE a redressé la barre, aligné 15 points sur 24 possibles et trouvé une certaine identité de jeu.

"Nous n'avons pas de certitudes car c'est toujours dangereux d'en avoir mais, désormais, on a des convictions. Des convictions et l'envie de continuer dans ce que l'on sait faire et plutôt bien en ce moment", résume l'entraîneur stéphanois.

"C'est pour cela qu'avant le match à Paris, je vais insister sur ce que l'équipe a comme points forts."

Avec son attaque en forme, sa défense de fer, l'ASSE version 2012-2013 ressemble au portrait-robot d'un outsider crédible de ce championnat.

"Cela me va bien, cette expression", en rigole l'international Espoirs Josuha Guilavogui.

"Mais outsider jusqu'où... Le podium ? Le titre ? Une place en Ligue des Champions ? En Ligue Europa ? C'est la question et je pense que le déplacement à Paris va nous renseigner", ajoute-t-il.

"NOUS LÂCHER, ATTAQUER, AVOIR LE BALLON"

"Pour le moment, nous ne pouvons pas encore savoir. Montpellier, l'an passé, a été considéré comme outsider à partir du mois de janvier car à cette époque-là, le club était bien placé. Nous jugerons à ce moment-là."

Pour Josuha Guilavogui, le secret de la réussite de l''ASSE depuis ses deux revers inauguraux a été avant tout "la communication".

"Après ce match, nous nous sommes dit beaucoup de choses entre joueurs et staff", raconte-t-il.

"L'entraîneur a interrogé chacun d'entre nous pour savoir ce qui n'allait plus puisque nous avions perdu la force collective qui était la nôtre en fin d'année dernière."

"Et derrière, nous nous sommes créé une belle identité collective car nous avons décidé d'abandonner notre stratégie qui était alors de d'abord faire déjouer l'adversaire. Maintenant, nous sommes là pour jouer notre jeu. Point."

Derrière ces discussions, Christophe Galtier a opéré quelques changements tactiques qui se sont avérés payants : replacer son capitaine Loïc Perrin en défense centrale, placer François Clerc en latéral et mettre en place un trident Jérémy Clément-Josuha Guilavogui-Fabien Lemoine au milieu.

La montée en puissance de Stéphane Ruffier, qui profite pleinement du changement d'entraîneur des gardiens, et la complémentarité de Pierre-Emerick Aubameyang et de Brandao en attaque, ont fait le reste.

Avec cette équipe-type, l'ASSE a désormais une philosophie.

"Nous n'avons aucune envie de subir la supériorité des autres et là, de Paris. Nous voulons y aller avec une notion de plaisir qui nous habite depuis plusieurs semaines", résume Christophe Galtier.

"Notre seule pression désormais, c'est de nous dire qu'il faut nous lâcher, attaquer, avoir le ballon, se créer des occasions. C'est comme cela que viendra notre salut."

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant