Ligue 1: les Parisiens soulagés, Kevin Gameiro le premier

le
0
PARIS ASSURE
PARIS ASSURE

PARIS (Reuters) - Les joueurs du Paris Saint-Germain étaient tous soulagés vendredi soir d'avoir battu Montpellier en Ligue 1 avant de s'attaquer à Barcelone en Ligue des champions, mais Kevin Gameiro avait plus de raisons que les autres de se réjouir.

L'attaquant, qui doit souvent se contenter du rôle de roue de secours, a inscrit le but de la victoire à dix minutes de la fin du temps réglementaire. Un but d'autant plus précieux qu'il permet au leader de compter huit points d'avance sur Lyon.

"A chaque fois que je rentre, j'essaie de tout donner, je ne baisse jamais les bras", a-t-il dit aux journalistes après son but, son premier en championnat depuis le 21 décembre 2012.

L'ancien Lorientais n'a été titulaire que quatre fois cette saison en Ligue 1. Et malgré son temps de jeu assez famélique, il en est à six buts, soit seulement trois de moins qu'André-Pierre Gignac, avant-centre numéro un de Marseille.

"Je fais ce que je peux dès que je suis sur le terrain. J'essaie de montrer au public et à l'entraîneur que j'ai ma place dans cette équipe", a-t-il expliqué vendredi soir.

De quoi s'attirer la bienveillance de Carlo Ancelotti, qui fait passer cette année le Suédois Zlatan Ibrahimovic loin devant lui dans la hiérarchie des buteurs parisiens.

"Il rentre, il marque. Ça veut dire qu'il était vraiment concentré même s'il ne joue pas souvent. Ce soir, il a inscrit un but très important pour nous", a déclaré le technicien italien.

Mêmes compliments de la part du milieu de terrain David Beckham, entré en jeu en même temps que lui contre Montpellier, à une vingtaine de minutes du coup de sifflet final.

"Quand Kevin est rentré, il nous a apporté sa vitesse, sa fraîcheur", a-t-il lancé. Avant de conclure: "C'est un très bon joueur."

Le Britannique a profité des micros tendus pour féliciter le reste de l'équipe qui a su, selon lui, rester "professionnelle" malgré l'imminence du choc contre le FC Barcelone, mardi, en quart de finale aller de la Ligue des champions.

"Après une trêve internationale, c'est toujours dur. Bien sûr qu'on pensait à Barcelone, mais nous sommes suffisamment professionnels et nous avons suffisamment d'expérience pour savoir rester concentrés", a-t-il affirmé.

"Ce soir c'était important pour nous de prendre ces huit points d'avance."

Simon Carraud et Olivier Guillemain, édité par Hélène Duvigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant