Ligue 1: les Lyonnais font le vide autour d'eux

le
0

PARIS (Reuters) - Les Lyonnais ont fait coup double lors de la 16e journée: non seulement ils ont battu Saint-Etienne 1-0, dimanche, dans le derby rhônalpin mais ils ont en plus pris leurs distances avec leurs poursuivants.

L'Olympique lyonnais a désormais cinq points d'avance sur le Paris Saint-Germain qui a mis fin à sa dégringolade au classement avec une victoire 4-0 face à Evian au Parc des Princes, samedi après-midi.

OL et PSG sont donc les seuls gagnants du week-end puisque toutes les autres équipes du haut de tableau ont, au mieux, fait match nul. Et dans le pire des cas, elles se sont lourdement inclinées, comme l'Olympique de Marseille face à Lorient (3-0).

L'après-midi de dimanche a viré au cauchemar pour les hommes d'Elie Baup dès la 37e minute de jeu, lorsque l'arbitre a exclu Charles Kaboré et sifflé un penalty converti dans la foulée par le Lorientais Jérémie Aliadière.

Plombés par cette double sanction, les Marseillais ont timidement tenté de relever la tête en deuxième période. Peine perdue: Benjamin Corgnet (47e) et Kévin Monnet-Paquet (69e), buteurs à leur tour, ont sonné le glas des espoirs marseillais.

L'OM a ainsi poursuivi sa trajectoire sinusoïdale en Ligue 1, entamée depuis plusieurs semaines: une victoire contre Lille, puis une lourde défaite (4-1) à domicile contre Lyon, un succès à Brest et enfin ce revers face à Lorient.

Les Parisiens alternent aussi le pire et le meilleur. Et, samedi, ils ont montré le meilleur d'eux-mêmes, notamment grâce au retour au milieu de terrain de l'Italien Thiago Motta qui s'est montré précieux.

BASTOS PREND RUFFIER DE COURT

Il a servi de métronome au jeu parisien et a inscrit le troisième but, après ceux de Zlatan Ibrahimovic et Ezequiel Lavezzi. Kevin Gameiro, à peine entré en jeu, a marqué le dernier but parisien.

Rien ne permet encore de dire que la crise appartient définitivement au passé pour le PSG mais le club peut au moins se réjouir d'avoir mis fin à une série désastreuse de trois défaites en cinq matches.

Ce faisant, les Parisiens ont repris le rôle de principal poursuivant derrière l'Olympique lyonnais, à une semaine du choc entre les deux clubs pour le compte de la 18e et avant-dernière journée de la première moitié de saison.

Les Lyonnais ont pu se rôder dans un premier choc, le derby rhônalpin. Ce classique du football français avait cette fois-ci, en plus de son importance symbolique, un intérêt comptable puisque les deux clubs sont tout en haut du classement.

Tous les ingrédients étaient donc réunis pour assister à un match à rebondissement. Mais, comme si les deux équipes étaient tétanisées par l'enjeu, tout s'est décidé sur un coup franc direct de Michel Bastos (65e).

Tiré à ras de terre et quasiment à équidistance entre les deux poteaux, le ballon a pris le chemin des filets sous le nez du gardien Stéphane Ruffier, pris de court alors qu'il tentait encore d'ajuster son mur.

Les occasions ont été rares des deux côtés. Les cartons, moins. Les deux équipes ont fini à dix après les exclusions de Mouhamadou Dabo, coupable d'avoir assené un coup de tête à la Zinédine Zidane sur le Stéphanois Max-Alain Gradel (56e).

Rebelote à cinq minutes de la fin du temps réglementaire, cette fois pour un Stéphanois, Alejandro Alonso. L'Argentin est entré en jeu à la 76e minute, a écopé d'un carton jaune à la 84e minute puis d'un rouge à la 85e minute.

Derrière les Verts, Valenciennes, les Girondins de Bordeaux et le Stade Rennais ont fait match nul, respectivement face à Nancy (1-1), Reims (0-0), et le Stade brestois (2-2).

Simon Carraud, édité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant