Ligue 1: les cadors carburent, Nancy s'offre un miracle

le
0
LE PSG, SOLIDE LEADER
LE PSG, SOLIDE LEADER

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Lancés dans le sprint final de la Ligue 1, tous les cadors du championnat de France, à l'exception de Nice, n'ont cédé aucun point ce week-end dans une guerre des nerfs qui trouvera son épilogue dans cinq journées.

Le Paris Saint-Germain, Marseille, Lyon et Lille se sont tous imposés, avec plus ou moins de réussite, une situation qui laisse augurer une dernière ligne droite des plus haletantes.

Le leader parisien s'est imposé avec brio contre Nice (3-0), l'OM a battu Brest à l'issue d'un match étriqué (1-0) tandis que Lyon et Lille n'ont assuré leurs succès respectifs face à Montpellier (2-1) et Bastia (2-1) que dans le temps additionnel.

Ces résultats laissent le PSG en tête du classement avec 70 points, soit neuf unités d'avance sur l'OM et onze sur l'OL.

Lille grimpe de son côté à la quatrième place avec 56 points, en attendant le match en retard de Saint-Etienne, qui jouera mercredi contre Troyes, quatre jours après avoir remporté son premier titre depuis 32 ans aux dépens de Rennes en finale de la Coupe de la Ligue.

En scellant une victoire nette et sans bavure face aux Aiglons, désormais sixièmes, les Parisiens ont prouvé que leur désir d'être sacré champion de France le plus vite possible était des plus forts.

Les hommes de Carlo Ancelotti ont également lavé leur honneur, en quelque sorte. D'abord parce qu'ils avaient subi un revers marquant lors de la phase aller à Nice (2-1), ensuite parce que quatre jours plus tôt, ils avaient été éliminés sans gloire des quarts de finale de la Coupe de France par Evian-Thonon-Gaillard.

Au passage, Zlatan Ibrahimovic a inscrit son 27e but de la saison, soit autant que Jean-Pierre Papin en 1992. Son prochain objectif ? Atteindre les 30 buts du même Papin en 1990.

PETIT MIRACLE À NANCY

Cette saison, Marseille n'est pas un dauphin fringuant. Mais à défaut d'être spectaculaire, l'OM fait preuve d'une efficacité hors pair et d'une solidité défensive à toute épreuve.

Auteurs d'une prestation insipide face à Brest, les Olympiens ont en effet enchaîné leur sixième match d'affilée sans prendre de but et marqué en cadrant seulement deux frappes.

A défaut d'être brillante, l'équipe d'Elie Baup qui en début de saison visait presque tout sauf le podium, semble aujourd'hui bien armée pour y rester et assurer sa place en Ligue des champions, après un an de sevrage.

Si le PSG et l'OM ont affiché leurs ressources mentales ce week-end, que dire de Lyon, qui est allé arracher une victoire dans les arrêts de jeu à Montpellier grâce à un but sublime du prometteur Clément Grenier ?

Incapables de gagner le moindre match entre début mars et mi-avril, voici que l'OL a retrouvé un second souffle et semble avouer qu'il n'a pas tout à fait rendu les armes, lui qui pouvait encore rêver de titre à la trêve.

Nul doute que le derby contre Saint-Etienne, programmé la semaine prochaine, en dira plus sur la solidité du groupe lyonnais et sur sa capacité à tenir le rythme.

Si les cadors du championnat ont imprimé une cadence folle ce week-end, le bas de tableau de la Ligue 1 n'a pas été en reste avec un petit miracle: la sortie de la zone de relégation de Nancy, sept mois après y avoir plongé.

En battant avec panache Evian (3-1), un autre candidat à la descente, les Lorrains se sont offerts une énorme bouffée d'oxygène avec une 17e place à la clé.

Les hommes de Patrick Gabriel, qui ont pris 16 points sur 21 possibles ces dernières semaines, ont laissé leur place inconfortable à Sochaux, qui a concédé un match nul à domicile contre Bordeaux (2-2).

Si Troyes, avec 25 points, et Brest avec 29 unités, semblent déjà condamnés à un avenir en Ligue 2, la course finale entre Sochaux, Nancy, Evian, Ajaccio et Reims risque d'être palpitante.

Valenciennes, qui a battu Reims (1-0), semble en revanche presque sauvé avec sa 12e place et ses 40 points. Toulouse, bien que battu par Lorient (1-0), est également serein un rang plus haut que les Nordistes.

Edité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant