Ligue 1: le vague à l'âme du Bordelais Michaël Ciani

le
0

BORDEAUX (Reuters) - Le défenseur international de Bordeaux Michaël Ciani, qui fut un titulaire indiscutable des Girondins, est relégué depuis plusieurs matches sur le banc des remplaçants, une situation qu'il vit mal et qu'il évoque jeudi dans un entretien à Sud-Ouest.

Arrivé de Lorient après le titre de champion de France de Bordeaux, en 2009, Michaël Ciani s'était rapidement imposé dans l'axe central de la défense sous la houlette de Laurent Blanc, devenu depuis sélectionneur national.

Jusqu'à la mi-saison, Bordeaux avait survolé le championnat et s'était qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, en sortant invaincu en tête d'une poule où figuraient notamment le Bayern Munich et la Juventus Turin.

Mais à partir du mois de janvier la machine bordelaise a commencé à se dérégler et puis a sombré, à l'image de Michaël Ciani, titularisé chez les Bleus pour la première fois par Raymond Domenech pour un France-Espagne amical en mars 2010, avant de se retrouver sur le banc.

"J'ai joué de malchance: je suis suspendu au moment où ils gagnent et on prend des buts au moment où je rentre. J'ai ma responsabilité mais je crois que c'est aussi celle de tout un groupe, un collectif. Après, ce qui conforte les choix du coach et le bien de l'équipe, c'est qu'ils ne prennent pas de but, et c'est une bonne chose", explique-t-il à Sud-Ouest jeudi.

Michaël Ciani n'a guère apprécié les commentaires publics de son coach Francis Gillot qui avait déclaré que pour lui la suite de la saison serait difficile.

"Il ne m'aide pas en disant des choses comme ça. C'est difficile à entendre, parce qu'on doit au moins avoir l'espoir de se battre pour quelque chose", précise le joueur qui ne veut pas baisser les bras et dit avoir "envie de montrer au coach" qu'il est encore là.

"Je suis aussi conscient qu'il dit ça parce qu'il connaît mes qualités et qu'il sait que je suis capable de rebondir", ajoute Ciani.

Un éventuel départ au mercato d'hiver n'est cependant pas à écarter.

"Je vais faire une réponse de footballeur: 'je n'en sais rien, aujourd'hui je suis à Bordeaux et on verra la suite'. Mais si mon temps de jeu est de moins en moins important, il est certain que la question se posera rapidement", dit le joueur, lié aux Girondins jusqu'en juin 2013.

Claude Canellas, édité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant