Ligue 1: le PSG veut s'inscrire dans la durée

le
0
LE PSG VEUT S'INSCRIRE DANS LA DURÉE
LE PSG VEUT S'INSCRIRE DANS LA DURÉE

PARIS (Reuters) - Le Paris Saint-Germain dispute mardi à Valenciennes le premier de deux chocs qui diront si son rebond des jours passés marque l'amorce d'une reconquête ou n'est qu'un soubresaut.

Impressionnant samedi contre Evian-Thonon-Gaillard (4-0), quatre jours après avoir maté Porto en Ligue des champions, le PSG va enchaîner un déplacement dans le Nord et la réception de l'Olympique lyonnais, solide leader de Ligue 1.

Profitant des résultats du week-end - défaite de Saint-Etienne dans le derby, nouveau naufrage pour Marseille -, Paris est redevenu le poursuivant numéro un de l'OL, toujours nanti de cinq points d'avance et qui recevra le dernier, Nancy, mercredi.

La rencontre de dimanche au Parc des Princes a tout du match de gala mais celle de mardi n'aura rien d'une formalité.

Séduisant cinquième à trois points du PSG, Valenciennes est une des deux dernières équipes, avec Bordeaux, invaincues sur leur pelouse.

Ce n'est plus tout à fait l'équipe qui avait haché menu l'OM (4-1) puis Lorient (6-1), mais elle reste souveraine chez elle, où elle n'a concédé que quatre buts, en a inscrit 18 et a glané 18 points en huit matches (cinq victoires, trois nuls).

Lyon étant promis au succès contre Nancy, le PSG doit gagner mardi pour espérer refaire un peu de son retard avant la trêve et, contre une équipe qui aime avoir le ballon, s'inspirera de ce qu'il a réalisé en Ligue des champions il y a une semaine.

"ATTITUDE OFFENSIVE"

"Demain, faire un match comme nous avons fait contre Porto sera important pour montrer que nous avons trouvé de la continuité dans le jeu", a dit l'entraîneur Carlo Ancelotti lundi en conférence de presse.

"Nous ne voulons pas changer l'attitude de l'équipe. Nous devrons être bien en place derrière et vigilants, mais avoir une attitude offensive."

Carlo Ancelotti devrait s'appuyer sur ceux qui ont joué contre Porto et Evian, dont Javier Pastore qui errait sur le terrain jusqu'à son repositionnement sur un côté.

"Je pense que lui-même sait très bien ce qu'il a fait. Il a changé en termes d'attitude et de confiance en ses qualités. Peut-être la position lui a donné plus de tranquillité", a dit l'Italien, heureux d'avoir enfin retrouvé son joueur.

"C'est normal qu'il y ait des moments difficiles, mais l'important c'est la réaction. Il a mis beaucoup de temps pour réagir mais il a eu une très bonne réaction."

Pour cette rencontre, Ancelotti fera donc peu tourner même s'il aura l'embarras du choix, notamment au milieu de terrain où Marco Verratti et Blaise Matuidi font leur retour de suspension.

A Valenciennes, Foued Kadir et Anthony Le Tallec, pièces maîtresses du dispositif nordiste, devraient débuter après avoir été laissés au repos samedi pour le déplacement à Nancy (1-1) - même si le premier est entré à 25 minutes de la fin.

Loin de là et 24 heures plus tard, Lyon aura l'occasion d'asseoir sa place de leader face à Nancy, collé depuis la neuvième journée en queue de peloton sans parvenir à raccrocher le wagon des autres clubs qui luttent pour se maintenir.

L'ASNL est invaincue depuis quatre matches, mais tous se sont soldés par des nuls et par trois fois les Lorrains ont gâché leur avantage au score.

"PAS DE TROU"

Lyon reste, lui, sur trois succès d'affilée, dont un éclatant à Marseille (4-1), et deux solides face à Montpellier (1-0) et dimanche dans le derby à Saint-Etienne (1-0), une série que Rémi Garde ne veut pas voir s'interrompre contre un relégable.

"C'est toujours une bonne opération", a dit l'entraîneur des Gones dimanche soir. "Mais il faudra la valider dès mercredi. Dans mon esprit, il n'y a pas de trou fait au classement."

Il y a tout de même cinq points sur le PSG donc et sur l'OM qui se rend mercredi à Bastia, premier de deux déplacements, avec Toulouse, qui lui pourraient lui donner un peu d'air : affligeant deux fois d'affilée au Vélodrome (1-4 contre Lyon, 0-3 contre Lorient), l'OM est la meilleure équipe à l'extérieur.

Lille (11e, 22 points) reçoit mardi un autre club aux objectifs européens contrariés, Toulouse (9e, 23 points), avide de récupérer en terre hostile ce qu'il a égaré depuis un mois - six matches et seulement une victoire.

"Nous aussi, on joue notre peau. On a lâché beaucoup de points (...) Il faut rester là haut, il ne faut pas décrocher maintenant", a dit Serge Aurier, défenseur d'un TFC qui sera privé d'Aymen Abdennour et Moussa Sissoko, blessés.

Bordeaux (6e) clôturera cette 17e journée contre Saint-Etienne (4e).

Gregory Blachier, avec Jean Décotte à Toulouse, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant