Ligue 1: le PSG toujours nerveux, toujours pas titré

le
0

PARIS (Reuters) - Suffisant d'abord, nerveux ensuite, frustré enfin: le Paris Saint-Germain, réduit à dix après l'exclusion de Thiago Silva, a concédé dimanche face à Valenciennes un nul 1-1 qui retarde son sacre en Ligue 1.

Champion virtuel en cas de victoire, le PSG a dû se contenter d'un nul tout petit, acquis grâce à une tête d'Alex en fin de match après l'ouverture du score par Gaël Danic en première période.

"On n'a pas bien débuté. Après il y a ce fait de jeu qui nous est défavorable", a dit Blaise Matuidi sur Canal + en référence au carton rouge de Thiago Silva, coupable d'avoir posé la main sur l'arbitre.

"On est un peu dur avec nous mais ça ne va pas nous empêcher de gagner le championnat".

Avec 74 points après 35 journées, le PSG compte tout de même sept points d'avance sur l'Olympique de Marseille, qui s'est imposé 2-1 contre Bastia samedi.

Derrière, Lyon et Nice, tous deux vainqueurs 3-0 ce week-end, se disputent avec Saint-Etienne la troisième place.

Au Parc des Princes, une minute d'applaudissement était observée avant le coup d'envoi en hommage aux 18 personnes mortes dans la tragédie de Furiani le 5 mai 1992.

Une semaine après avoir dégoupillé à Annecy à la fin du match contre Evian, le PSG a une nouvelle fois eu du mal à se tenir, le directeur sportif Leonardo poussant de l'épaule l'arbitre dans le tunnel après le match.

Il a fallu qu'il soit éloigné d'Alexandre Castro par son propre président, Nasser al-Khelaifi.

Un rien nonchalant, le PSG encaissait un but à la 17e minute quand Douchez repoussait une frappe de Vincent Aboubakar sur Gaël Danic, qui poussait le ballon au fond du but vide.

Un coup franc direct d'Ibrahimovic passait très près du poteau gauche de Penneteau (30e). A part ça, rien.

Jusqu'à la 42e minute, quand l'arbitre, Alexandre Castro, sortait le carton rouge pour Thiago Silva, coupable de l'avoir touché en contestant une décision.

Il fallait ensuite attendre le dernier quart d'heure pour voir le PSG se mettre en action, avec une frappe un peu trop croisée d'Ibrahimovic et une tête d'Alex repoussée sur sa ligne par le genou de Maor Melikson.

Quelques minutes plus tard (83e), une nouvelle tête d'Alex, sur corner, faisait mouche.

L'OL, PREMIER DES POURSUIVANTS

Le mieux placé des poursuivants est l'OL, porté par les belles performances de Yoann Gourcuff et Bafétimbi Gomis à l'occasion d'une victoire 3-0 à Nancy dimanche.

Gourcuff, qui termine une troisième saison à Lyon très en deçà des attentes placées en lui, a marqué le deuxième but avant de servir Gomis, auteur d'un doublé, pour le troisième.

L'OL, troisième avec 63 points, garde trois longueurs d'avance sur Nice, qui s'est imposé 3-0 à Rennes en début d'après-midi.

Nancy reste 17e avec 35 points et compte un point d'avance sur le premier relégable, Evian.

Incapable de trouver l'ouverture en première période, l'OL a changé d'attitude après la pause, dynamisé par l'entrée en jeu de Gomis, qui a remplacé Lisandro Lopez touché au mollet.

D'une frappe de près, il a ouvert la marque après trois minutes en seconde période avant que Gourcuff ne double la mise à la 80e.

Gomis a tué le suspense à une minute de la fin du temps réglementaire après avoir été servi par une passe en profondeur parfaitement dosée de Gourcuff.

Nice a également patienté un peu avant de prendre la mesure de Rennes, qui termine une triste saison de triste manière, et de valider sa quatrième place devant Saint-Etienne, tenu en échec 0-0 par Bordeaux vendredi soir.

Dans cette ruée vers le podium, Nice a un précieux atout en la personne de Dario Cvitanich, troisième buteur du championnat avec 17 réalisations.

Jolie trouvaille de la cellule de recrutement niçoise, l'Argentin a ouvert le score de la tête à la 52e minute sur un centre côté droit dévié par le crâne de Nemanja Pejcinovic.

Soulagé par ce but et bien aidé par l'exclusion de Chris Mavinga à la 55e minute, Nice a ensuite dominé les débats et marqué deux buts de plus, l'un de Dario Cvitanich sur penalty (71e), l'autre d'Eric Bauthéac à la 85e (3-0).

En dépit de cette confortable avance, les Niçois ont eux aussi fini à dix après l'exclusion de Nemanja Pejcinovic à une minute de la fin du temps réglementaire.

Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant