Ligue 1: le PSG se met doucement en route à Montpellier

le
0
PARIS FAIT MATCH NUL À MONTPELLIER
PARIS FAIT MATCH NUL À MONTPELLIER

PARIS (Reuters) - Un peu engourdi en début de rencontre puis de plus en plus dangereux, le Paris Saint-Germain a lancé vendredi soir sa campagne 2013-2014 en Ligue 1 par un match nul 1-1 contre Montpellier au stade de la Mosson.

Les champions de France en titre, qui ont pourtant aligné au coup d'envoi onze joueurs déjà présents dans l'effectif la saison dernière, ont d'abord semblé ankylosés au point d'encaisser un but de Rémy Cabella à la 10e minute.

Ils sont ensuite revenus au score grâce à Maxwell à l'heure de jeu sans faire complètement basculer la balance de leur côté malgré l'entrée en jeu de l'attaquant Edinson Cavani, la recrue-phare de l'été parisien, à 20 minutes de la fin.

Contrairement aux Montpelliérains, les champions de France avaient l'avantage d'avoir déjà un match officiel dans les jambes, la victoire contre Bordeaux samedi dernier dans le Trophée des champions (2-1).

Mais, à l'image des Argentins Javier Pastore et Ezequiel Lavezzi, les joueurs de Laurent Blanc ont manqué de réflexes et multiplié les pertes de balle en première période.

Sans se montrer brillants, les champions de France 2012 ont profité des déséquilibres dans le jeu du PSG pour ouvrir le score à la suite d'un ballon perdu par Zlatan Ibrahimovic à plusieurs dizaines de mètres des cages de Salvatore Sirigu.

Dans la foulée, l'attaquant de Montpellier Emanuel Herrera a décoché une frappe un peu molle, qui a rebondi successivement sur les jambes de deux défenseurs parisiens avant de finir dans les pieds de Rémy Cabella.

Celui qui a hérité du rôle de créateur de Montpellier depuis le départ de Younès Belhanda cet été au Dynamo Kiev a alors tiré à son tour, et marqué dans un angle fermé (10e).

UN TIR POUR CAVANI

Par la suite, les joueurs du PSG n'ont pas davantage trouvé de solutions et Zlatan Ibrahimovic a tenté seul sa chance d'une frappe dans l'axe à la 29e minute, repoussée par le gardien Geoffrey Jourdren.

Symbole de l'impuissance des Parisiens, le jeune milieu de terrain Marco Verratti a récolté à la 31e minute un carton jaune - le premier de la saison en Ligue 1 - pour un tirage de maillot.

Faute de marquer, les joueurs de la capitale se sont fait peur comme à la 39e minute, lorsque Rémy Cabella a tenté sa chance d'un tir de la pointe du pied qui est passé tout près des poteaux de Salvatore Sirigu.

"On regrette cette première mi-temps", a reconnu sur Canal + l'infatigable milieu de terrain Blaise Matuidi qui, lui, était déjà en pleine possession de ses moyens dès le coup d'envoi.

Petit à petit, en deuxième période, Javier Pastore et ses coéquipiers se sont montrés plus précis dans leur passe et plus justes dans le jeu.

A ce moment du match, le milieu offensif de l'Albiceleste a déposé le ballon sur la tête de Zlatan Ibrahimovic qui a remis à son tour le ballon sur l'arrière gauche Maxwell, venu prêter main forte aux attaquants. But d'une reprise du gauche (60e).

Le sort a ensuite facilité les choses pour les Parisiens puisque le défenseur Abdelhamid El Kaoutari a reçu à la 72e minute un deuxième carton jaune, synonyme d'exclusion, pour un tacle sur Javier Pastore.

Blaise Matuidi et ses partenaires ont largement dominé en fin de match mais n'ont pas su concrétiser leur supériorité technique et numérique.

Edinson Cavani, l'homme qui valait 64 millions d'euros, a eu le temps de tenter un tir cadré et le jeune Adrien Rabiot a réussi une belle tête sur corner dans le temps additionnel, mais les deux équipes en sont restées là.

Il y a un an, le PSG avait déjà commencé par un match nul, contre Lorient (2-2), ce qui n'avait pas empêché le club de finir champion de France quelques mois plus tard avec 12 points d'avance.

Simon Carraud, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant