Ligue 1: le PSG se joue de l'OM, Lyon coule à Montpellier

le
0
LE PSG S'IMPOSE AU VÉLODROME
LE PSG S'IMPOSE AU VÉLODROME

PARIS (Reuters) - Le PSG a joué un joli tour à son rival marseillais en allant s'imposer au Vélodrome, à dix contre onze, dimanche (2-1), dans le sillage de la déroute de Lyon à Montpellier (5-1) et de la bouffée d'oxygène prise par Bordeaux face à Sochaux (4-1).

Ce résultat, acquis dans la douleur et avec caractère, permet aux Parisiens de rejoindre l'AS Monaco en tête de la Ligue 1 avec 21 points. L'OM rétrograde de son côté à la quatrième place avec 17 unités, dépassé à la différence de buts par Lille.

Le "classique à la française" a débuté sur des bases idéales pour Marseille, qui bien que dominé dans la possession de balle, a réussi à ouvrir le score sur penalty à la 34e minute, juste après avoir fait expulser Thiago Motta.

Ce carton rouge reçu par l'international italien après un contact rugueux avec Mathieu Valbuena dans la surface de réparation, sévère au vu des images vidéos, a paradoxalement relancé les Parisiens, qui jusque-là n'avaient pas réussi à décocher le moindre tir.

C'est au terme d'une action rondement menée côté droit, que Gregory Van der Wiel a déposé juste avant la pause le ballon sur la tête de Maxwell pour réparer ce que beaucoup de joueurs du club de la capitale considéraient comme une injustice (45e).

En deuxième période, l'OM a reculé au lieu de profiter de sa supériorité numérique et s'est fait punir pour cet excès de timidité en concédant également un penalty, pour une faute d'André Ayew sur Marquinhos.

Au moment de son face-à-face avec Steve Mandanda, coupable sur le premier but de Maxwell d'une sortie hasardeuse, Zlatan Ibrahimovic n'a pas tremblé pour inscrire son troisième but de la saison et faire virer son équipe en tête (66e).

La fin de match a vu le PSG se replier et conserver crânement son court avantage et l'OM balbutier son football, cinq jours après avoir été balayé par Dortmund en Ligue des champions (3-0).

"C'est toujours pareil, il ne manque pas grand chose et on perd. C'est qu'on n'est pas une grande équipe, tout simplement", a froidement souligné Matthieu Valbuena au coup de sifflet final

Dans le camp parisien, le milieu de terrain Blaise Matuidi s'est réjoui au micro de Canal +. "Ce soir on a joué au mental", a-t-il dit. "On sait qu'on a de la qualité dans cette équipe mais il y a aussi une âme, un état d'esprit. On a été irréprochable."

"Tout le monde s'est foutu par terre pour aller chercher ce résultat", a ajouté l'international français. "On est fier de ce qu'on a fait et on est fier pour nos supporters."

MONTPELLIER A MONTRÉ SON "VRAI NIVEAU"

A Montpellier, il y a eu du rouge aussi, avec l'expulsion de Maxime Gonalons, et une sérieuse déconvenue lyonnaise à la clé.

Promis à jouer les places d'honneur en fin de saison, l'OL pointe aujourd'hui à la 14e place du championnat avec 11 points, un rang indigne de son niveau et de son passé récent. De son côté, le MHSC fait son apparition dans la première partie de tableau, au huitième rang.

Critiqué depuis plusieurs semaines pour le manque de spectacle entrevu à la Mosson et à l'extérieur, le champion de France 2012 a dévoré l'OL grâce à un doublé du Colombien Victor Hugo Montano, un autre du jeune milieu de terrain Rémy Cabella, et un penalty d'Anthony Mounier, formé à Lyon.

"On a montré notre vrai niveau", s'est félicité Rémy Cabella sur BeIN sport. "Je suis très content de l'équipe et de ce qu'on a montré."

Inexistant dans le jeu, dépassé par la vitesse héraultaise, l'OL a sauvé l'honneur grâce à Alexandre Lacazette (47e), mais ce petit but n'a pas suffi pour éviter à l'équipe de Rémi Garde d'enchaîner son quatrième match sans victoire, toutes compétitions confondues.

A Bordeaux, où des rumeurs de limogeage de l'entraîneur Francis Gillot ont filé bon train cette semaine, les Girondins ont enrayé une spirale de cinq matches sans victoire en championnat par un brillant succès face à Sochaux.

Mené au score après une frappe puissante de Roy Contout, venue se loger sous la barre transversale de Cédric Carrasso (17e), Bordeaux a égalisé dans la foulée grâce à un penalty transformé par Henri Saivet (21e).

Jussiê a ensuite alourdi la marque avant la mi-temps (38e) tandis que Cheick Diabaté s'est offert un doublé en deuxième période (70e et 89e) au terme d'un match plein.

Ce résultat permet à Bordeaux de respirer un peu et de remonter à la 15e place avec 10 points. Sochaux, qui cherche toujours un entraîneur, est de son côté avant-dernier avec cinq unités.

Chrystel Boulet-Euchin et Olivier Guillemain; édité par Julien Dury

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant