Ligue 1: le PSG marque quatre fois à Lyon mais perd son fauteuil

le
0
PARIS ARRACHE LE NUL À L'OL À L?ISSUE D?UN MATCH À REBONDISSEMENTS
PARIS ARRACHE LE NUL À L'OL À L?ISSUE D?UN MATCH À REBONDISSEMENTS

PARIS (Reuters) - Le Paris Saint-Germain a peut-être cédé la première place de la Ligue 1 à Montpellier samedi, mais le club peut se féliciter d'avoir offert du spectacle face à Lyon, lors d'un match conclu sur le score fleuve de 4-4.

Entre les deux buts du Parisien Guillaume Hoarau, à la 21e et à la 94e minute de jeu, le scénario de la rencontre n'a cessé de se retourner, au risque de mettre les coeurs des supporteurs à rude épreuve.

Entre temps, Bafétimbi Gomis (34e), Lisandro Lopez (36e), Michel Bastos (39e) et Jimmy Briand (57e) avaient donné l'avantage aux Lyonnais.

Avec un bilan de 52 points, les Parisiens, qui alignent un troisième match nul consécutif en championnat, abandonnent la première place, au profit de Montpellier, vainqueur face à Bordeaux (1-0).

Le PSG n'avait plus goûté à la deuxième place depuis la 18e journée.

Ce résultat sonne comme un sérieux avertissement pour le club, qui fait de moins en moins mystère de ses ambitions. Le PSG version Carlo Ancelotti, qui avait hérité de la première place à son arrivée en janvier, devra désormais courir après Montpellier.

Le héros parisien de la soirée, Guillaume Hoarau, ne se satisfaisait pas du scénario, qui lui laisse des "sentiments mitigés".

"On sait qu'on a le potentiel pour retourner la physionomie d'un match mais on n'a pas le droit de prendre des buts comme on a pris", a déploré le buteur longiligne.

Le point du match nul ne fait pas non plus les affaires de l'Olympiques lyonnais. L'OL, qui totalise 40 points, était condamné à l'emporter pour rester accroché au peloton des poursuivants, emmené par Lille et Saint-Etienne.

Les Rhodaniens accusent désormais un retard de cinq longueurs sur le podium, en attendant le déplacement de Lille à Rennes dimanche.

TÊTE DÉSESPÉRÉE DE GUILLAUME HOARAU

Devant les enjeux pour les deux clubs, la partie aurait pu se disputer sur un faux rythme, entre deux équipes timorées. Mais Bafétimbi Gomis, hyperactif en première période, ouvre les hostilités dès la sixième minute, avec un premier tir.

Après Salvatore Sirigu, c'est au tour de son homologue lyonnais, Hugo Lloris, de sauver les siens douze minutes plus tard.

Il faut attendre la 21e minute pour voir le match s'emballer définitivement.

Sur un coup-franc tiré par Jérémy Ménez, Guillaume Hoarau, laissé sans surveillance au milieu de la surface lyonnaise, se contente de cadrer une frappe sans puissance. Lloris est battu pour la première fois.

Mais, sans complexe face au nouvel ogre du football français, le septuple champion renverse la vapeur en l'espace de six minutes, et frappe trois fois coup sur coup.

Après l'égalisation de Bafétimbi Gomis, Michel Bastos adresse un centre impeccablement dosé à Lisandro Lopez, au second poteau. Le pied droit de l'Argentin fait le reste (34e).

Quatre minutes plus tard, le Brésilien Bastos troque le rôle de passeur contre celui de buteur. Sans prendre la peine de contrôler le ballon, le joueur expédie une frappe du gauche surpuissante (40e).

A cet instant, la mine déconfite de Carlo Ancelotti en dit long sur la déception des Parisiens, mais la réduction du score de Nenê sur penalty à la dernière seconde de la première période entretient leurs minces espoirs.

En deuxième période, Marcos Ceara, servi par Guillaume Hoarau (73e), répond à Jimmy Briand (57e).

Pour conserver leur avantage, les Lyonnais, acculés en défense dans les dix dernières minutes, comptent sur deux parades décisives d'Hugo Lloris, sur des tentative de Nenê (82e) et de Thiago Motta (85e).

Mais, alors que le sort de la partie semble joué, Guillaume Hoarau finit par expédier une tête désespérée hors de portée d'Hugo Lloris.

Simon Carraud, édité par Gregory Schwartz

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant