Ligue 1: le PSG garde la tête froide, Toulouse deuxième

le
0
LE PSG GARDE LA TÊTE FROIDE
LE PSG GARDE LA TÊTE FROIDE

PARIS (Reuters) - Une fois de plus, le moteur Zlatan Ibrahimovic a tracté la mécanique du Paris Saint-Germain samedi à Nancy, où le Suédois a organisé le jeu et inscrit, seul, le but de la victoire lors de la dixième journée de Ligue 1 (1-0).

Les Parisiens, comme engourdis par le froid lorrain, ont mis du temps à se mettre en route mais ils ont fini par remporter un succès précieux qui leur permet de passer une semaine de plus à l'abri, en tête du classement.

Ils ont pour l'instant trois longueurs d'avance sur Marseille et une différence de buts bien plus avantageuse (+11 contre +4) qui devrait les protéger, même en cas de victoire de l'OM, dimanche soir, face à Lyon.

En attendant le match de clôture de la dixième journée, Toulouse a pris la deuxième place en battant Brest sur le score de 3-1.

Inutile de préciser que peu de monde aurait parié sur un début de saison aussi foudroyant des Toulousains, qui comptent 19 points, autant que les Marseillais, et une meilleure différence de buts.

L'international Espoir Wissam Ben Yedder a mis à profit, à la 30e minute de jeu, les qualités techniques qu'il a acquises sur les terrains de football en salle pour mettre ses coéquipiers sur la bonne voie.

Etienne Capoue, que les Bretons ont totalement oublié de surveiller sur un corner (40e), puis Adrien Regattin (90e+3) ont eux aussi marqué, tout comme le Brestois Benoit Lesoimier à un quart d'heure de la fin du temps réglementaire.

Montpellier a gagné sur le même score face à Nice (3-1). Aussi surprenant que cela puisse paraître, il s'agit de la première victoire à domicile cette saison pour les champions de France en titre.

Comme les Toulousains et les Montpelliérains, les Lillois se sont un peu fait peur alors que tout paraissait jouer en leur faveur dans le derby nordiste face à Valenciennes. Certes, ils ont gagné 2-1, mais ce fut moins évident que prévu.

A la mi-temps, le Losc menait 2-0 après un but attribué Gaëtan Bong contre son camp (2e) et un autre signé Dimitri Payet (41e), et jouait à onze contre dix après l'exclusion de Carlos Sanchez à la 28e minute.

On pouvait en conclure à cet instant que les joueurs de Rudi Garcia avaient digéré leur défaite de mardi contre le Bayern Munich en Ligue des champions - d'autant qu'ils ont retrouvé des réflexes qui semblaient un peu rouillés ces dernières semaines.

NEIGE À SOCHAUX

Mais, à la 71e minute, les Valenciennois ont déclenché une contre-attaque foudroyante. Sur la gauche, Gaël Danic a pris de vitesse le Lillois Marko Basa avant de servir Anthony Le Tallec dans la surface.

"On s'est mis en difficulté tout seul. On était tranquille, on n'était pas en danger et il a fallu leur faire un cadeau pour revenir au score", a déploré Rudi Garcia au micro de Canal +, juste après la fin du match.

Malgré ces frayeurs passagères, ses joueurs sont montés provisoirement à la neuvième place avec 14 points. Valenciennes est sixième avec 15 points.

L'autre match disputé samedi s'est soldé par un nul entre Reims et Troyes (1-1). La rencontre entre Sochaux et Evian a quant à elle était reportée à une date ultérieure en raison des fortes chutes de neige dans le Doubs.

Il faisait froid aussi quelque 150 km plus au nord, à Nancy, où les gants étaient de sortie.

Sur la pelouse, Zlatan Ibrahimovic a commencé la rencontre loin de l'attaque où il a l'habitude de prendre ses quartiers. D'abord positionné en tant que milieu de terrain, presque dans un rôle défensif, il s'est chargé d'organiser les choses.

Puis il s'est progressivement avancé vers les buts nancéiens et s'est montré dangereux, au point de frôler la transversale à la 70e minute.

Quatre minutes plus tard, il est arrivé seul devant la surface de réparation adverse. Il a tenté de se débarrasser du ballon, qui lui est aussitôt revenu dans les pieds. Voyant qu'il n'avait pas d'autre solution que lui-même, il a tiré. Et marqué.

Il s'agit du dixième but pour l'actuel meilleur buteur de la saison.

Simon Carraud, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant