Ligue 1: le PSG au sommet, sept mois après

le
0
LE PSG SE HISSE À LA PREMIÈRE PLACE DU CHAMPIONNAT
LE PSG SE HISSE À LA PREMIÈRE PLACE DU CHAMPIONNAT

par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - Voilà sept mois que les joueurs du Paris Saint-Germain version qatarie n'avait plus goûté à la première place de la Ligue 1. Ils ont mis fin ce week-end à cette fringale en battant le Stade de Reims (1-0).

Pour ce faire, ils ont délogé l'Olympique de Marseille qui aura vécu un dimanche noir, marqué par une défaite à Troyes (1-0), jusque-là bon dernier et la blessure au pied du meilleur attaquant du club cette saison, André-Pierre Gignac.

Avant le coup d'envoi, les Troyens étaient la seule équipe à n'avoir gagné aucun match de Ligue 1 cette saison et n'avaient pas de quoi faire frémir l'OM. Jusqu'à la 89e minute et un but de Benjamin Nivet d'une frappe à ras de terre.

Les Marseillais voient aussi revenir Lyon, troisième à un point après son succès 1-0 sur Brest et qu'ils accueilleront dimanche prochain.

Au moins ont-ils évité le destin funeste de Lorient, qui a sombré à Valenciennes samedi. Les Bretons ont perdu 6-1 et écopé de deux cartons rouges, pour la deuxième fois cette saison. Une addition salée pour les Merlus qui étaient jusque-là invaincus.

Les joueurs de Lorient qui pouvaient parler sur un pied d'égalité avec les meilleurs ont tout à coup été relégués à cinq longueurs de la tête. PSG et OM totalisent chacun 19 points, Lyon 18 et Toulouse, vainqueur 4-0 d'Evian à Annecy, 16.

Les Parisiens sont devant en vertu de leurs bonnes statistiques : ils affichent la meilleure défense avec cinq buts encaissés en neuf matches et la deuxième meilleure attaque ex-aequo, avec 15 buts inscrits.

Samedi, ils n'ont pas été brillants et la défense a pu compter sur Salvatore Sirigu, qui a stoppé un pénalty. Mais leur succès suffit sur le plan comptable.

"PAS TRÈS COMPÉTITIF EN LIGUE DES CHAMPIONS"

Un joueur n'aura pas amélioré ses statistiques : Zlatan Ibrahimovic n'a pas marqué et, fait encore plus inhabituel, il ne s'est même pas donné la peine de tenter l'un de ces gestes invraisemblables qui signent la marque des prodiges.

A peine a-t-il exécuté un contrôle en pleine course dans la surface de réparation et délivré dans les dernières minutes deux passes qui auraient pu être décisive si Jérémy Ménez n'avait pas manqué le cadre dans la foulée.

Puisque le fantasque Suédois avait décidé de jouer les chefs d'orchestre, Kevin Gameiro a endossé le rôle du buteur sur un centre du Brésilien Maxwell.

Cette journée dans la peau du leader n'est pas montée à la tête des Parisiens, pas même à celle de leur entraîneur Carlo Ancelotti qui a fait preuve de modestie au micro de Canal+.

"Nous ne sommes pas encore une équipe solide pour être très compétitifs en Champions League", a dit, en connaisseur, celui qui a raflé quatre fois le trophée avec le Milan AC, en tant que joueur puis entraîneur.

Son équipe, à l'entendre, manque encore d'un ingrédient impossible à acheter : l'expérience du plus haut niveau européen. Si bien qu'il faudra attendre quatre ou cinq ans, a-t-il dit, avant de ranger le PSG parmi les sérieux prétendants.

L'hypothèse d'une qualification pour les huitièmes de finale n'a toutefois rien de présomptueux. Elle passe notamment par un bon résultat mercredi en match de groupes sur le terrain du Dinamo Zagreb.

Contrairement au PSG, Lille a quelques raisons de s'inquiéter pour son avenir européen. Les Lillois ont arraché in extremis un match nul 1-1 à Bordeaux vendredi et leur prochain adversaire mardi, le Bayern Munich, étincelle.

De l'autre côté du Rhin, les Bavarois ont remporté ce week-end leur huitième match consécutif depuis le début de la saison, du jamais-vu dans l'histoire de la Bundesliga.

Montpellier retrouvera également le front européen cette semaine, contre l'Olympiakos le Pirée, avec le statut de 16e équipe de Ligue 1. Les Héraultais ont perdu samedi 2-1 à Rennes.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant