Ligue 1: le PSG a la tête ailleurs

le
0
LE PSG CREUSE L'ÉCART
LE PSG CREUSE L'ÉCART

PARIS (Reuters) - Promis en début de saison à un règne sans partage en Ligue 1, le Paris Saint-Germain a attendu ce week-end de la 24e journée pour creuser un écart important avec ses poursuivants, avec désormais six points d'avance sur l'Olympique lyonnais.

Jamais le PSG n'avait joui d'une telle marge depuis l'arrivée des nouveaux propriétaires qataris à l'été 2011.

Comme la semaine dernière, les Parisiens ont assuré l'essentiel en battant cette fois-ci Bastia au Parc des Princes (3-1) et, comme la semaine dernière, Lyon et Marseille ont marqué le pas, respectivement contre Lille (3-1) et Evian (1-1).

Le match du PSG, coincé entre des matches internationaux, 48 heures plus tôt, et un déplacement à Valence en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, mardi, avait pourtant tout du piège pour les joueurs de Carlo Ancelotti.

Pour éviter le surmenage, l'Italien avait fait le choix au coup d'envoi de laisser sur le banc deux de ses meilleurs joueurs, l'attaquant star Zlatan Ibrahimovic et le plus discret Blaise Matuidi, si précieux au milieu de terrain.

Sans eux, les Parisiens n'ont pas vraiment réussi à intimider les Corses, bien décidés à faire un "coup" dans la capitale.

Tout a fonctionné pour les Bastiais jusqu'au moment où Jérémy Ménez a éliminé deux défenseurs à la 57e minute sur un simple crochet avant de tirer. Et de marquer grâce, aussi, à une erreur d'appréciation du gardien Mickaël Landreau.

Un quart d'heure plus tard, Zlatan Ibrahimovic a inscrit sur penalty son 21e but de la saison, soit le même total qu'Olivier Giroud sur l'ensemble de la saison dernière avec Montpellier. Ce qui lui avait suffi pour finir le meilleur buteur.

D'un superbe coup franc lointain, Wahbi Khazri a brièvement fait douter les Parisiens, avant un dernier but, signé Ezequiel Lavezzi.

"RIEN N'EST DÉCIDÉ"

De l'aveu de Carlo Ancelotti, le PSG n'a pas forcé son talent mais a réussi la mission qui lui était assignée.

"Nous avons gagné, nous avons pris trois points. C'était notre objectif ce soir. C'est vrai que la performance de la première mi-temps n'était pas très bonne", a expliqué l'entraîneur en conférence de presse.

"C'est trois points important pour le classement et pour bien préparer le prochain match", a-t-il ajouté en songeant déjà au match qui attend ses joueurs à Mestalla la semaine prochaine.

Le directeur sportif Leonardo s'est présenté aux journalistes avec le même message: il fallait mettre de l'ordre en Ligue 1 avant de se concentrer sur l'Europe.

"Rien n'est décidé encore", a tout de même précisé Carlo Ancelotti.

Cette victoire en gestionnaire contre Bastia a en tout cas prouvé que le PSG version 2013 avait les nerfs solides. Contrairement à Lyon et Marseille, qui s'entraînent l'un l'autre dans leur chute.

Depuis la Saint-Sylvestre, l'OL n'a empoché que sept points sur 15 possibles en cinq matches de Ligue 1, et Marseille seulement cinq.

Plus encore que les Lyonnais, les Marseillais ont perdu leur nerfs dimanche. A Annecy, ils menaient peu avant l'heure de jeu grâce à un but d'André-Pierre Gignac, avant de s'écrouler: deux cartons rouges reçus et un penalty sifflé.

Dans la soirée, Lyon a aussi semblé fébrile face à Lille et en particulier Dimitri Payet. L'ancien Stéphanois a offert deux passes décisives, ses neuvième et dixième depuis le début de la saison, et a touché le poteau.

Lyonnais et Lillois ont fini le match sous quelques flocons. Samedi, c'est une mini tempête de neige qu'avait dû braver Saint-Etienne pour battre Montpellier 4-1.

Deux jolies actions à signaler pendant le match: une talonnade de volée signée Pierre-Emerick Aubameyang et le déblayage du terrain, pelle à la main, des remplaçants stéphanois pendant une interruption en seconde période.

Les Verts et les Rennais, qui ont dominé Toulouse 2-0 dimanche après-midi, n'ont plus que trois points de retard sur l'OM. Et ne cachent plus leur ambition de le déloger du podium.

Simon Carraud, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant