Ligue 1: le Paris Saint-Germain s'installe seul en tête

le
0
LE PSG S'INSTALLE SEUL EN TÊTE DE LA LIGUE 1
LE PSG S'INSTALLE SEUL EN TÊTE DE LA LIGUE 1

PARIS (Reuters) - Le Paris Saint-Germain a trouvé ce week-end de nombreux motifs de satisfaction: les joueurs de Laurent Blanc ont écrasé Bastia 4-0, inscrit deux superbes buts, préparé au mieux leur prochaine soirée européenne et pris seuls la tête de la Ligue 1.

Après dix journées, ils comptent 24 points, le meilleur total à ce stade de la saison depuis que les investisseurs qataris ont pris le pouvoir au club, il y a deux ans.

Les champions de France ont désormais deux longueurs d'avance sur Monaco, qui a gâché dimanche après-midi un avantage de deux buts sur le terrain de Sochaux pour finir sur un match nul 2-2.

Mais, parmi les candidats au podium, la principale victime du week-end est l'Olympique de Marseille qui a perdu vendredi soir à Nice (1-0) et rétrogradé à la cinquième place au classement avec 17 points.

Les Marseillais ont perdu du terrain sur Lille - 20 points - et sur les surprenants Nantais - 19 points -, tout juste promus en première division, qui ont signé samedi sur le terrain d'Ajaccio un sixième succès en dix matches.

Victoire de Nantes ou pas, le week-end de la dixième journée restera comme celui où le Paris Saint-Germain a pris - au moins pour une semaine - la première place.

Au Parc des Princes, Blaise Matuidi et ses coéquipiers ont joué sur une autre planète, très loin au-dessus du niveau des Corses réduits à un rôle de simples observateurs.

Le PSG jouait pourtant avec une équipe remaniée en raison des suspensions des milieux de terrain Marco Verratti et Thiago Motta, et de l'imminence du prochain match de Ligue des champions, prévu mercredi contre Anderlecht.

TALONNADE FACE AU BUT

En l'absence de quelques uns des cadres, certains se sont montrés, comme le milieu de terrain Adrien Rabiot et l'attaquant Hervin Ongenda, 36 ans à eux deux.

Malgré toutes leurs qualités, ils n'ont pas fait d'ombre aux deux attaquants stars du club, Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani, qui se sont offert un doublé chacun avec, en prime, un chef d'oeuvre.

Habitué aux gestes fous, le Suédois a réalisé face au but une talonnade sur un centre dévié par Hervin Ongenda. Et l'Uruguayen s'est lancé dans un slalom en pleine surface adverse pour éliminer un défenseur et le gardien, Mickaël Landreau.

Laurent Blanc, qui craignait un "relâchement" des ses internationaux de retour de sélection, avait de quoi se réjouir en conférence de presse.

"Avec le système, quel qu'il soit, avec les joueurs, quels qu'ils soient, notre philosophie, notre idée de jeu est toujours la même. Ça, c'est une chose très intéressante pour l'avenir", s'est-il félicité devant la presse.

"On est dans une bonne période actuellement, on arrive à faire ce qu'on veut faire", a ajouté l'ancien sélectionneur de l'équipe de France qui s'attend, malgré tout, à vivre des jours plus difficiles dans prochaines semaines.

Lyonnais et Bordelais savent que la roue peut tourner. Ces deux clubs, qui s'affrontaient il y a encore trois ans en quarts de finale de la Ligue des champions, ont fait match nul 1-1 dimanche soir au stade de Gerland.

Le champion de France 2008 et le champion de France 2009 continuent à végéter dans la deuxième moitié du classement, à la onzième place pour Lyon, à la 15e pour Bordeaux.

Commentaire un peu désabusé de l'entraîneur lyonnais, Rémi Garde, à l'issue du match: "Je n'ai pas grand-chose à reprocher à mes joueurs. On fait avec les moyens du moment", a-t-il dit sur Canal +.

Simon Carraud, édité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant