Ligue 1: le Paris Saint-Germain confirme, pas Montpellier

le
0
LE PSG CONFIRME FACE À TOULOUSE
LE PSG CONFIRME FACE À TOULOUSE

par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - Le public du Parc des Princes, qui attendait de pied ferme un premier succès du Paris Saint-Germain nouvelle manière à domicile cette saison, a obtenu satisfaction vendredi lors du match de la cinquième journée de Ligue 1 face à Toulouse (2-0).

Deux semaines après une victoire à Lille, les Parisiens ont une nouvelle fois fait rugir leur impressionnante mécanique et confirmé leur embellie, contrairement à Montpellier qui s'est incliné à Reims (3-1).

Autant dire que le champion de France en titre et son dauphin ont préparé de façon bien différente leur premier match en Ligue des champions mardi. Montpellier accueillera Arsenal, tandis que le PSG recevra le Dynamo Kiev.

Pour l'occasion, les joueurs de Carlo Ancelotti fouleront à nouveau la pelouse sur laquelle ont brillé à tour de rôle Javier Pastore, qui a ouvert le score (38e), puis Zlatan Ibrahimovic (79e), meilleur buteur du championnat avec désormais cinq buts.

Dès la septième minute, le Suédois a montré qu'il n'était pas venu en spectateur. Il a tenté une première fois sa chance après avoir contourné par la droite la défense toulousaine d'un grand pont. Son tir a rebondi sur la semelle d'Ali Ahamada.

Pas résigné, Zlatan Ibrahimovic a une nouvelle fois fixé la défense toulousaine pour servir Jérémy Ménez à ras de terre mais, pris de court, l'international français n'a pas réussi à pousser le ballon dans les filets.

Un peu dans l'ombre du géant suédois, Marco Verratti, qui culmine à 1,65m, a attiré la lumière grâce à son rendement au milieu de terrain, à ses passes parfaitement ajustées et ses dribbles sans faute.

"Il faut qu'il garde la tête sur les épaules, comme il l'a à l'entraînement", a averti son collègue au milieu de terrain, Blaise Matuidi, ajoutant au micro de beIN Sport que l'Italien "est promis à un grand avenir."

"ON VA COMMENCER À FAIRE PEUR"

Confirmation à la 38e minute: Verratti a servi par-dessus la défense toulousaine Javier Pastore qui a lobé le gardien Ali Ahamada.

Une fois ce but inscrit, l'Argentin a disparu des écrans radars. Peu importe puisque Zlatan Ibrahimovic a pris le relais, comme à la 52e lorsqu'il a tenté - sans succès - une frappe lointaine.

Le but qu'il attendait est venu à la 68e minute, au bout d'une course de Jérémy Ménez, passeur décisif.

"On commence à percevoir le vrai Paris Saint-Germain même si on sait très bien qu'on peut mieux faire", a analysé le défenseur Christophe Jallet qui a conclu une belle semaine marquée par un but en Bleu contre la Biélorussie (3-1).

"En enchaînant les victoires, on va commencer a faire un peu plus peur. Après trois nuls, on ne nous craignait plus trop."

En revanche, les joueurs de Reims, qui évoluaient pour la plupart d'entre eux en Ligue 2 la saison dernière, n'ont absolument pas redouté le champion de France, Montpellier.

A la 70e minute, les deux équipes se dirigeaient vers un match nul 1-1, après des buts de Diego Rigonato (38e) pour Reims et de Rémy Cabella (55e) pour Montpellier.

A cet instant, Christopher Glombard a souligné l'extrême fragilité de la défense héraultaise en s'emparant de la balle avec autorité dans les pieds de Henri Bédimo sur le côté droit.

Il s'est alors précipité vers le gardien Geoffrey Jourdren sans rencontrer la moindre résistance. Ni Daniel Congré ni aucun autre Montpelliérain n'a réussi à entraver sa course folle conclue par un but inéluctable.

Gaëtan Courtet a enterré les espoirs de René Girard et de ses joueurs à quatre minutes de la fin du temps réglementaire.

Montpellier reste englué dans la deuxième moitié du classement, à la 14e place avec un maigre bilan de quatre points.

Le PSG a en revanche fait un bond jusqu'à la troisième marche du podium. Mais cette place est très provisoire puisque 16 équipes doivent encore jouer samedi et dimanche.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant