Ligue 1 : le joueur de l'an 2000

le , mis à jour à 10:01
0
Ligue 1 : le joueur de l'an 2000
Ligue 1 : le joueur de l'an 2000

Dans un short trop large, les cheveux teints en blond à la Messi, Vincent Thill a fait ses premiers pas en Ligue 1 sous les couleurs du FC Metz, mercredi soir. La défaite contre Bordeaux était déjà acquise (0-3), mais le Luxembourgeois (1,76 m, 69 kg) est devenu à 16 ans, 7 mois et 17 jours le premier joueur né après l'an 2000 à évoluer dans l'un des cinq grands championnats européens.

 

Un événement, même si le record de précocité en L 1 appartient toujours à Laurent Paganelli (15 ans et 10 mois). Plus tard dans la soirée, le milieu de terrain est rentré à l'internat, raccompagné par Denis Schaeffer, le directeur général du centre de formation des Grenats.

 

Le dirigeant, qui l'a accueilli à 12 ans, a les yeux de l'amour pour la pépite : « Il est très doué techniquement, très à l'aise avec le ballon. On l'a tout de suite identifié comme un garçon à très haut potentiel. Il ne passait pas inaperçu. Avec vingt ans de recul, je le classe parmi les quatre ou cinq joueurs les plus talentueux qu'on ait eus au FC Metz. Il est de la gamme des Pjanic, Adebayor, Saha ou Obraniak. »

 

Les Messins ne sont pas les seuls à avoir cerné le potentiel du meneur de jeu. Il a connu sa première sélection au mois de mai en équipe du Luxembourg. « Il voit les choses beaucoup plus vite que les autres, estime Luc Holtz, le sélectionneur. Je le compare un peu à Iniesta (Barcelone). Même s'il n'a pas atteint sa maturité physique, il est très vif sur les premiers mètres et sa première touche de balle est toujours juste. Je touche du bois, mais s'il garde les pieds sur terre, il va faire une grande carrière. Dans le futur, l'équipe du Luxembourg sera sans doute bâtie autour de lui. »

 

Jusqu'ici, le gamin semble gérer avec une certaine distance ce qui lui arrive. Sa famille et lui ont décliné au printemps les avances insistantes du Bayern Munich pour préserver sa croissance. Il faut dire que les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant