Ligue 1: le boum d'"Aubame"

le
0
PIERRE-EMERICK AUBAMEYANG EN PLEIN BOUM
PIERRE-EMERICK AUBAMEYANG EN PLEIN BOUM

par André Assier

SAINT-ETIENNE (Reuters) - Capable de rester muet le temps d'un Vendée Globe comme d'affoler les compteurs à l'approche du printemps, Pierre-Emerick Aubameyang symbolise à lui seul l'euphorie stéphanoise avant la réception du Paris Saint-Germain, dimanche à Geoffroy-Guichard.

En mal de réussite devant le but entre le 10 novembre et le 27 janvier, le temps qu'il a fallu à François Gabart pour boucler son tour du monde à la voile, le Franco-Gabonais a marqué huit fois lors des sept derniers matches de Ligue 1.

Et avec 16 buts sur l'ensemble de la saison, il est aujourd'hui le deuxième meilleur buteur de Ligue 1, à huit unités du Parisien Zlatan Ibrahimovic dont il croisera la route ce week-end.

"Je me sens bien en allant au stade car je me sens serein et tranquille", révèle-t-il. "Je joue libéré, je tente des choses."

Depuis le mois d'août, en comptant ses sept passes décisives, il est tout bonnement impliqué dans la moitié des buts de Saint-Etienne en championnat.

De quoi inventer un nouvel adage à Saint-Etienne: quand "Aubame" va, l'ASSE va. Car avec son fer de lance et ses accélérations fulgurantes, Saint-Etienne est invaincu en 2013 et peut aujourd'hui rêver de Ligue des champions.

Christophe Galtier a donc bien fait d'investir dans son "PEA" en pariant sur le fils de l'un de ses amis footballeurs, Pierre-François Aubameyang, avec lequel il a joué dans les années 1990 à Toulouse.

"Je dois dire merci à Christophe Galtier qui a bien compris le gamin", confie le papa, qui joue maintenant les agents. "Nous le manageons à deux. Quand il y a des choses qu'il ne peut pas lui dire, il passe par moi pour faire en sorte qu'il arrive à progresser. Il lui donne confiance et cela lui donne un mental qu'il n'avait pas."

LOUFOQUE

Car avant de poser ses valises dans le Forez, PEA a démarré en 2007 au Milan AC, où son père a fait office de recruteur, avant d'enchaîner les prêts sans lendemain: Dijon (2008), Lille (2009), Monaco (2010).

Il est donc arrivé le 31 janvier 2011 à l'AS Saint-Etienne pour un nouveau prêt, cette fois-ci renouvelé puis transformé en transfert en bonne et due forme à la demande expresse de Christophe Galtier.

Il est désormais lié à l'ASSE jusqu'en juin 2016.

Derrière des allures nonchalantes, voire loufoques à l'image de ses coiffures en crêtes ou de sa puissante voiture qu'il a repeinte en vert, le jeune homme de 23 ans est un bourreau de travail.

"Quand je suis arrivé à Saint-Étienne, Christophe Galtier m'a demandé une chose: cadrer mes tirs", explique-t-il. "Il me disait de cadrer quoi qu'il arrive, qu'après le ballon pouvait rentrer grâce à un faux rebond par exemple."

"C'est un garçon qui est en confiance", dit de son côté l'entraîneur des Verts. "Il a du culot, il est adroit, il est en confiance, l'équipe le met en confiance, le club l'a mis en confiance."

"Mais l'équipe ne tourne pas autour d'Aubameyang", tient-il toutefois à préciser.

Grâce aux conseils et à la confiance de son entraîneur, il a pu traverser son passage à vide.

"Cela a été compliqué en décembre car je ressentais de la fatigue. En janvier, j'attendais juste que la chance tourne et maintenant, tout roule", explique l'intéressé.

"Mais jamais je n'ai douté. L'erreur pour un attaquant, c'est d'être obsédé par le but dans ces moments-là. Il faut rester utile pour le groupe, travailler à l'entraînement et ne rien lâcher."

De son propre aveu, il doit aussi sa réussite du moment à Brandao, autre buteur attitré des Verts.

"Brandao a souvent été proche de moi pendant cette période, tout comme l'équipe pour que je garde la confiance", raconte-t-il. "Et Brandao a été d'une grande utilité en me répétant qu'il ne faut pas écouter ce qui se dit. Il se bat, il harcèle les défenseurs et attire sur lui beaucoup de monde. Du coup, cela libère des espaces. Il me fait un bien fou."

Quid, aujourd'hui, de l'avenir d'"Aubame", qui commence à attiser les convoitises, y compris à l'étranger?

"Je veux faire une grande saison avec des objectifs pour finir dans les quatre premiers", assure l'international gabonais.

"Je suis ambitieux et je ne me fixe pas de limites. Pourquoi pas atteindre 20 buts et faire aussi des passes, car cette statistique aussi me fait chaud au coeur."

Edité par Simon Carraud et Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant