Ligue 1 : l'OM voyage de plus en plus mal

le
0
Ligue 1 : l'OM voyage de plus en plus mal
Ligue 1 : l'OM voyage de plus en plus mal

La Bretagne, terre hostile pour les Olympiques ? Après Lyon, dominé samedi soir à Guingamp (2-1), Marseille a subi un sort similaire à Nantes (3-2), où l'OM a donc manqué une occasion d'approcher le quinté de tête. La faute à une entame de match déplorable des joueurs de la cité phocéenne, étouffés par le pressing nantais. Un constat qui a même obligé Rudy Garcia à revoir ses plans et à procéder à deux changements à la demi-heure de jeu, Lopez cédant sa place à Anguissa et, surtout, Cabella rejoignant le banc au profit de Thauvin. Et voilà l'OM battu pour la huitième fois en treize déplacements !

 

« On a été naïfs, concède Rod Fanni. C'est complètement idiot à notre niveau de lâcher des points comme ça alors que c'est plus qu'à notre portée. On n'a pas été à la hauteur tout simplement. » Face à la pire attaque de la L 1 au coup d'envoi, Marseille s'est rapidement retrouvé dans la lessiveuse de Sergio Conceiçao, le Portugais imposant une énorme agressivité d'entrée matérialisée par deux buts signés Diego Carlos (12e) et Stepinski (20e). En face, les seules répliques, timides, pour l'OM, se sont alors résumées à une succession de coups francs, frappés sans conviction notamment par Payet.

 

Pour son retour dans le stade de ses débuts, l'attaquant (ovationné à l'entrée des joueurs par le public nantais) n'a pas su faire trembler les filets sur sa spécialité. Le Réunionnais a bien tenté, à plusieurs reprises, de trouver Gomis dans la profondeur ou sur ses coups de pied arrêtés mais, à chaque fois, l'ex-Stéphanois n'a pas su convertir les offrandes. Du moins avant la pause.

 

Au retour des vestiaires, où les murs ont dû trembler côté visiteur, Gomis n'a pas traîné, ensuite, pour redonner de l'air aux siens. D'abord à la 49 e minute, servi par Sakai, puis alerté par Thauvin à l'heure de jeu. Mais l'attaquant, sorti sur blessure (genou droit), ne peut pas tout faire ! Car ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant