Ligue 1: l'OM veut rester sur ses rails avant le PSG

le
0
L'OM VEUT PROLONGER SON BON DÉBUT DE SAISON
L'OM VEUT PROLONGER SON BON DÉBUT DE SAISON

PARIS (Reuters) - L'Olympique de Marseille tentera dimanche de prolonger son début de saison ébouriffant à Valenciennes lors de la septième journée de Ligue 1, ultime tour de chauffe dans l'Hexagone avant son premier rendez-vous avec le Paris Saint-Germain.

Marseillais et Parisiens sont invaincus depuis la rentrée en août, toutes compétitions confondues, si bien qu'une défaite interromprait au plus mauvais moment ce cercle vertueux à une semaine des retrouvailles entre frères ennemis, le 7 octobre.

Le PSG, qui a gagné ses quatre derniers matches, en France comme en Europe, s'étalonnera une dernière fois contre Sochaux samedi avant d'entrer dans une semaine loin de ses bases, à Porto en Ligue des champions mercredi, puis à Marseille.

Marseille fait mieux : six succès en six matches de Ligue 1 depuis la première journée, du jamais vu en plus d'un demi-siècle. Une nouvelle victoire dimanche offrirait à l'OM un bond de dix années supplémentaires dans l'histoire du championnat.

Il faudrait en effet remonter à l'immédiat après-guerre, à savoir la saison de Lille en 1949-50, pour retrouver la trace d'une série de sept victoires lors des sept premières journées.

Pas suffisant, à l'heure actuelle, pour ôter aux Marseillais tout sens de la mesure. Ils sont en tête du classement avec 18 points, quatre d'avance sur Lyon, et savent qu'ils ont désormais, comme le PSG, le statut d'équipe à battre.

Le défenseur Jérémy Morel, qui a participé à l'éprouvante campagne 2011-2012 conclue à une piètre dixième place, a retenu les leçons du passé : "On sait que si on se relâche un petit peu, on peut vite retomber dans nos travers."

"Les fantômes ne sont pas loin", a-t-il ajouté cette semaine en conférence de presse à la Commanderie, où l'atmosphère, à entendre les joueurs, a changé depuis la rentrée.

La trêve estivale a été l'occasion d'une passation de pouvoir entre Didier Deschamps, appelé sur le banc de l'équipe de France, et Elie Baup. "On travaille davantage", a reconnu Jérémy Morel. Mais rien n'est définitivement acquis.

PRÉCAUTIONS D'USAGE

"Pour mieux préparer le match de Paris, pour être dans les meilleures conditions, on sait qu'il ne faut pas se louper contre Valenciennes", a-t-il expliqué.

Le Brésilien Maxwell occupe au Paris Saint-Germain le même poste que Jérémy Morel à Marseille, celui d'arrière gauche, et comme son homologue, il prend les précautions d'usage pour évoquer le parcours de son équipe.

"Une équipe invincible n'existe pas", a-t-il pris soin de dire jeudi en conférence de presse, à deux jours de la réception de Sochaux.

Mais, à la différence de son homologue, il n'hésite pas à réaffirmer les ambitions de son équipe, lancée dans une course effrénée vers un premier titre de champion depuis 1994.

"On cherche à développer un jeu solide et nous sommes tous conscients que nous devons batailler pour récupérer les points perdus en tout début de saison", a-t-il reconnu, évoquant les trois nuls qui ont sanctionné les premiers matches.

Comme le Paris Saint-Germain, Lille et Montpellier se serviront de la septième journée comme d'un marchepied pour se hisser, dans l'idéal, au niveau de la Ligue des champions qu'ils retrouveront la semaine prochaine.

Montpellier se déplace à Nancy samedi avant de bifurquer un peu plus vers l'est, à Gelsenkirchen, où l'attendront mercredi les Allemands de Schalke 04. Lille reçoit Rennes vendredi avant de faire ses valises pour Valence en Espagne, mardi.

Les deux équipes doivent refaire le plein de confiance, d'autant qu'elles patinent en championnat et se sont inclinées lors de la première journée de Ligue des champions, Montpellier contre Arsenal et Lille contre le BATE Borisov.

Outre le PSG et Marseille, trois autres équipes sont encore invaincues depuis le début de la saison. Lorient prend la direction d'Annecy pour affronter Evian-Thonon-Gaillard samedi, Lyon et Bordeaux se rencontrent dans le Rhône dimanche.

Simon Carraud, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant