Ligue 1: l'OM puissance 15

le
0
JORDAN AYEW FAIT GAGNER MARSEILLE
JORDAN AYEW FAIT GAGNER MARSEILLE

NANCY (Reuters) - Pas plus que les Rennais ou les Montpelliérains avant eux, les Nancéiens n'ont réussi à arrêter la marche de l'Olympique de Marseille, qui a enchaîné dimanche une cinquième victoire consécutive (1-0) en Ligue 1 dans l'enceinte de Marcel-Picot.

Le seul but de la partie est l'oeuvre de la fratrie Ayew : Jordan a assené une tête puissante sur un centre de son aîné André qui a déboulé sur la gauche à la 53e minute.

Les supporters marseillais les plus optimistes pouvaient difficilement imaginer une entrée en matière aussi réussie, d'autant que le club occupe seul le sommet du classement avec 15 points, soit le maximum possible à ce stade de la saison.

Le premier poursuivant, Lyon, est à deux points et la principale menace, le Paris Saint-Germain, accuse un retard de six longueurs.

"Je suis heureux pour mes joueurs. Ils sont allés chercher ces points, ils ne les ont pas volés à l'image du match", a analysé l'entraîneur Elie Baup lors de la conférence de presse après la rencontre.

"On sait qu'on prend des points et qu'ils sont importants pour la suite, parce qu'on aura des moments difficiles aussi."

Même invitation à la prudence chez les joueurs, à commencer par André-Pierre Gignac : "Ce qui compte, c'est qu'on prenne le plus de points possible, on va avoir des difficultés parce qu'on joue tous les trois jours. On va enchaîner."

Certes, Elie Baup, qui a repris en main l'équipe cet été, dit et répète depuis le début de cette embellie que ses joueurs ne doivent pas se laisser griser, mais les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Il y a un an presque jour pour jour, l'équipe alors entraînée par Didier Deschamps pointait à la 17e place au classement, flirtait dangereusement avec la zone de relégation et comptait cinq fois moins de points.

UN BUT ENCAISSÉ EN CINQ MATCHES

Autre motif de satisfaction pour les Marseillais, leur défense, verrouillée par Nicolas Nkoulou et Rod Fanni, n'a encaissé qu'un seul but en championnat depuis la reprise.

Autant dire qu'ils peuvent envisager leur voyage à Istanbul, jeudi en Ligue Europa sur le terrain du Fenerbahce, avec de solides assurances en défense mais aussi en attaque, où André-Pierre Gignac s'est une nouvelle fois démené.

L'ancien Toulousain n'a pas peut-être pas marqué, mais il a encore démontré qu'il était redevenu un attaquant dangereux après une saison quasi blanche.

Exemple à la 21e minute, quand il a reçu le ballon dos au but avant de se retourner en un éclair, au nez et à la barbe de Sébastien Puygrenier et de prendre sa chance. Sans succès.

Deux minutes plus tard, il s'est montré moins adroit sur un bon centre de Jordan Ayew au deuxième poteau et a envoyé la balle dans le ciel nancéien, bien au-dessus de la transversale.

Cette action a au moins eu le mérite d'attirer l'attention des Marseillais sur la fragilité de la défense nancéienne. Elle n'a cessé de prendre l'eau et les principales fuites venaient des côtés.

Il ne fallait pas le dire plusieurs fois aux joueurs d'Elie Baup. Au retour des vestiaires, André Ayew a contourné la défense par la gauche pour offrir le but de la victoire à son frère.

Par la suite, l'OM a géré face à un hôte qui n'a pas su se créer assez d'occasions dangereuses pour revenir.

Simon Carraud avec Dimitri Rahmelow, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant