Ligue 1: l'OM, le gagne-petit décroche le gros lot

le
0
L'OM REDORE SON BLASON
L'OM REDORE SON BLASON

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Gagne-petit avant de décrocher le gros lot au bout d'une saison crispante, l'Olympique de Marseille s'est assuré sa participation à la Ligue des champions plus sur ses qualités d'abnégation que sur son talent.

Dixième l'an dernier, l'OM n'avait programmé qu'une modeste cinquième place au classement final pour cette saison qualifiée de transition par le staff marseillais, à l'image d'un stade Vélodrome en chantier dans l'optique de l'Euro 2016.

Malgré ce handicap et un budget nettement revu à la baisse, le plus titré des clubs français a redoré son blason en montant sur la deuxième marche du podium. Avec sept points d'avance sur Lyon a deux journées de la fin, l'OM ne peut plus être rejoint.

"C'était difficile l'an dernier, c'est exceptionnel cette année", avoue André-Pierre Gignac, qui a retrouvé le chemin des buts tandis que son club retrouvait, lui, une place plus digne de son standing.

Le chemin de la rédemption marseillaise a parfois été long à se dessiner, et souvent crispant dans son déroulé.

Samedi devant Toulouse (2-1), l'OM a signé un 18e succès (sur 20) par un seul but d'écart, égalant au passage le record du Paris Saint-Germain lors de la saison 2003-2004.

"C'est un peu notre marque de fabrique, nous ne lâchons rien", sourit l'international français Mathieu Valbuena. "Nous méritons cette place, nous n'avons volé de points à personne".

"ON CHIPOTE POUR TOUT"

Pour obtenir un billet européen si important pour les finances du club, l'OM a su faire preuve d'une solidarité et d'une force de caractère rarement prises en défaut.

A l'inverse des saisons précédentes, souvent poussives, l'OM a cette fois débuté par une série de six victoires consécutives.

Et le club phocéen termine la saison sur un rythme infernal, avec une série, toujours en cours, de dix matches sans défaite - sept victoires et trois nuls.

Entre ces temps forts, les hommes d'Elie Baup ont su faire le dos rond et gérer au mieux les périodes plus faibles, avec abnégation à défaut de brillance.

"On chipote pour tout. C'est vrai qu'il y a eu de grosses gifles mais, dans l'ensemble, c'est la régularité qui a prévalu", affirme l'entraîneur de l'OM.

"La meilleure preuve est que l'on est resté sur le podium tout au long de la saison".

En fait, sur l'ensemble de l'exercice l'OM a quitté à trois reprises l'une des trois premières places du classement.

"L'essentiel, c'est cette qualification directe. Marseille est un club qui doit être en Ligue des champions, ma situation personnelle peut attendre", explique le milieu anglais Joey Barton, pas sûr de demeurer la saison prochaine dans les rangs du vice-champion de France après une saison de prêt par les Queens Park Rangers.

"On a fait le boulot alors que personne ne nous attendait à pareil niveau", dit André Ayew, auteur d'un doublé face à Toulouse. "Cette deuxième place, nous ne la devons qu'à nous-mêmes".

Pour André-Pierre Gignac, "aux sceptiques, nous avons répondu, sur le terrain, de la meilleure des façons".

Edité par Julien Prétot et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant