Ligue 1 : l'OM gagne au courage

le , mis à jour à 09:18
0
Ligue 1 : l'OM gagne au courage
Ligue 1 : l'OM gagne au courage

Vous vous êtes peut-être dit, hier soir, que vous veniez de passer une sale semaine. Jusqu'à 21 h 57 et le deuxième but marseillais, Franck Passi a dû penser que la sienne avait été bien pire. L'entraîneur olympien a finalement pu se coucher l'esprit un peu plus léger  : dans le choc des mal classés, l'OM s'est défait de Nantes de justesse (2-1) et s'est un peu rassuré. « On avait pris un coup sur la tête à Rennes, rappelle le technicien provençal. Sur les trois derniers matchs, il y avait eu du positif, mais ça n'avait jamais basculé du bon côté. Là, ça a tourné en notre faveur. Il est évident qu'une victoire nous fait beaucoup de bien. »

 

Passi a pourtant eu l'occasion de douter, une fois de plus. Quatre jours après avoir concédé la défaite en Bretagne dans les cinq dernières minutes — remarquable sabordage — ses hommes ont innové en encaissant un but sur la première occasion des Canaris, pourtant venus en Provence avec le statut de pire attaque de Ligue 1. Mais au lieu de s'effondrer, cet OM, à qui l'on reproche parfois de manquer de caractère, s'est rebiffé. Au tableau d'affichage, et aussi dans le contenu. Piqué au vif, Marseille a fait preuve d'agressivité, il s'est montré créatif.

 

Gomis se fait justice

 

On a vu sur le terrain de jolis mouvements collectifs, des une-deux, des appels et des contre-appels, et des occasions qui auraient pu finir au fond, avant et après l'égalisation de Njie (22 e). « Cette fois, on a fait en sorte de l'emporter, sourit Florian Thauvin. Ça a bien marché offensivement, on s'est fait des cadeaux, on a bien combiné. Maintenant, il va falloir mettre plus de buts... »

 

Car si Gomis, de plus en plus précieux dans le jeu, n'avait pas loupé deux énormes occasions (36e, 48e), l'OM aurait pu se mettre à l'abri assez tôt. En se faisant justice sur un penalty qu'il est allé provoquer lui-même, le capitaine olympien a tout de même pu offrir la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant