Ligue 1: l'infirmerie se vide et l'espoir revient à Lyon

le
0
LIGUE 1: L'INFIRMERIE SE VIDE ET L'ESPOIR REVIENT À LYON
LIGUE 1: L'INFIRMERIE SE VIDE ET L'ESPOIR REVIENT À LYON

par Andre Assier

LYON (Reuters) - Avec une infirmerie qui se vide enfin de façon conséquente, l'Olympique Lyonnais entrevoit un avenir plus conforme à son ambition et compte bien le montrer dès samedi lors de la réception de Guingamp.

Seulement 14e de la Ligue 1 avec 12 points en onze journées - soit le plus mauvais départ de son histoire depuis 1995-1996 -, Lyon ne possède que cinq points d'avance sur le premier relégable et sept de retard sur Nantes qui occupe la quatrième place, qualificative pour l'Europe.

Lyon est d'autant plus sur un fil que le calendrier proposait lors du début du championnat des rendez-vous "accessibles".

Mais au final, les déplacements à l'AC Ajaccio, Evian, Montpellier ou la réception de Reims ont tourné au fiasco sans compter les nuls concédés à domicile devant Lille, Rennes ou encore Bordeaux.

La position est donc délicate, tout comme la suite du calendrier avec des déplacements à Saint-Etienne (10 novembre), et Paris (1er décembre) ou la réception de Marseille (15 décembre). Lyon ne fait plus peur à personne et n'a pas sur le papier de quoi améliorer sa situation de façon sensationnelle d'ici Noël.

Un élément vient cependant limiter tout excès de pessimisme: les nombreux blessés quittent peu à peu l'infirmerie, lieu très prisée ces deux derniers mois où six joueurs, pour la plupart titulaires, y jouaient des coudes.

La réception de Guingamp semble inverser la tendance avec les retours de Yoann Gourcuff (absent depuis sa blessure aux ischio-jambiers le 31 août à Evian), de Miguel Lopes (ischio depuis la mi-septembre), de Samuel Umtiti (touché aux ischio-jambiers face à Guimaraes le 3 octobre) et Gaël Danic (problème récurrent à la cheville depuis deux semaines).

Seuls le gardien Rémy Vercoutre - plus très loin du retour six mois après une rupture des ligaments croisés du genou -, Bakary Koné, blessé en sélection avec le Burkina-Faso, et Rachid Ghezzal, opéré du dos, sont absents.

"Y CROIRE ET ESPÉRER"

L'entraîneur Rémi Garde va donc pouvoir aligner une équipe digne de la Ligue 1 avec des joueurs aguerris et à leur poste dans la foulée des retours de Milan Bisevac et de Mouhamadou Dabo à Monaco.

Avoir autant de choix pour composer l'équipe, ce sera une première depuis fin août.

"C'est la première étape, et effectivement, c'est très agréable de retrouver beaucoup de monde pour les séries de matches qui arrivent", explique l'entraîneur lyonnais, dont les soucis majeurs venaient de l'infirmerie.

"Depuis deux mois, l'équipe souffre dans son équilibre et dans ses qualités de l'absence de beaucoup de joueurs en même temps. Le retour des blessés, c'est aussi une bonne partie de nos atouts qui reviennent et comme je l'ai dit, maintenant, il faut retrouver le rythme de la compétition."

Et aussi de l'efficacité comme le souligne Alexandre Lacazette. "Devant le but ou bien sur n'importe quelle partie du terrain, selon moi, il faut avoir confiance. En ce moment, nous avons tous envie de bien faire mais nous sommes moins naturels. Cela se ressent devant le but et c'est pourquoi nous sommes moins efficaces", dit l'attaquant.

Il faut aussi retrouver une vertu maison: la haine de la défaite, un peu enfouie dans l'inconscient d'un collectif jeune et livré à lui-même ces deux derniers mois à cause de l'absence des cadres retenus à l'infirmerie.

"Je crois que l'on va remonter. Nous venons de récupérer nos blessés, dont beaucoup de cadres, et après ce que l'on vient de faire ces derniers mois, nous savons ce que l'on doit faire et ne plus faire", dit encore Lacazette.

"Franchement je ne pense pas que l'on puisse faire pire que ce que nous avons fait. Nous avons tous les éléments pour y croire et des raisons d'espérer remonter."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant