Ligue 1: l'AS Monaco et le PSG ont du caractère

le
0

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - L'AS Monaco et le Paris Saint-Germain ont tangué fort ce week-end mais les deux leaders de la Ligue 1 ont forcé la décision grâce à beaucoup de caractère quand leurs rivaux en ont manqué ou ont sombré.

Bousculé à domicile par Saint-Etienne, le club du Rocher a puisé dans ses ressources mentales pour faire craquer les Verts en toute fin de match, à la 87e minute, juste après avoir failli encaisser un but (2-1).

Mené 1-0 et réduit à dix dès la demi-heure de jeu, le PSG de Laurent Blanc a lui fait montre de beaucoup de courage pour terrasser son rival marseillais 2-1 sur sa pelouse, quatre jours après sa démonstration de force en Ligue des champions contre Benfica (3-0).

Ces résultats acquis dans la douleur permettent à l'ASM et au champion en titre de compter chacun 21 points et de disposer désormais d'un matelas de quatre points d'avance sur leurs deux premiers poursuivants, Lille et Marseille.

Grâce à sa nette victoire sur Ajaccio samedi (3-0) et en raison de la défaite de l'OM, c'est en effet le Losc qui est désormais sur le podium, une distinction honorifique qui récompense sa bonne forme du moment.

À l'origine promis à jouer les trublions derrière Monaco, le PSG et Marseille, l'Olympique lyonnais s'est enfoncé ce week-end un peu plus dans une crise profonde.

En sombrant 5-1 à Montpellier, à qui ses supporters reprochaient il y a encore 24 heures un football trop défensif et pas assez spectaculaire, Lyon a étendu une série statistique indigne de son rang. En onze matches, l'OL n'a en effet gagné qu'à une seule reprise.

NANTES TOUJOURS SUR SON PETIT NUAGE

L'infirmerie pleine ne peut être tenue pour seule responsable de cette très mauvaise passe qui voit aujourd'hui l'équipe de Rémi Garde pointer au 14e rang du classement et se trouver, selon les mots de son président, dans l'obligation de sortir de cette "spirale négative".

A Rennes, tout va presque aussi mal. Considéré comme un postulant naturel à une place européenne en fin de saison, le club breton a lui aussi sombré lors de cette neuvième journée.

Le Stade Rennais, qui réalise son pire début de saison depuis la saison 2006/2007, a chuté 2-0 chez le promu guingampais et reste bloqué à la onzième place, avec douze points.

A Sochaux, la parenthèse enchantée de l'entraîneur intérimaire Omar Daf s'est refermée avec une lourde défaite à Bordeaux (4-1), qui de son côté a stoppé une série de sept matches sans victoire et confirmé son choix d'avoir aligné une équipe bis jeudi en Ligue Europa.

Dans une dynamique diamétralement opposée, et un peu à l'image de Lille, une équipe affiche en ce moment une forme olympique.

Il s'agit de Nantes, cinquième avec 16 unités, qui s'est régalé à la Beaujoire en enchaînant une troisième victoire consécutive face à Evian grâce à un doublé de Filip Djordjevic (3-0).

La lanterne rouge Valenciennes, s'est quant à elle fait très peur à domicile avant d'égaliser dans les tous derniers instants contre Reims (1-1), qui a enchaîné là son sixième match nul consécutif.

Edité par Julien Dury

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant