Ligue 1: Jean-Louis Triaud mise sur la stabilité à Bordeaux

le
0
LA STABILITÉ DES GIRONDINS, PRIORITÉ DE JEAN-LOUIS TRIAUD
LA STABILITÉ DES GIRONDINS, PRIORITÉ DE JEAN-LOUIS TRIAUD

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Jean-Louis Triaud donne la priorité à la santé financière de son club cette saison mais le président des Girondins de Bordeaux estime toutefois que son groupe aura les moyens de se mêler au peloton des prétendants aux places d'honneur.

Avec la victoire en Coupe de France qui lui a permis de se qualifier pour la deuxième fois d'affilée pour la Ligue Europa, Bordeaux a sauvé une saison 2012-13 mal engagée et finalement conclue par une septième place en Ligue 1.

Interrogé par Reuters, Jean-Louis Triaud considère que ces résultats sont relativement satisfaisants dans la durée.

"Depuis seize, dix-sept ans que je suis dirigeant dans ce club, aucune équipe mis à part Lyon n'a gagné autant de trophées que Bordeaux. Dans un contexte difficile, si je regarde les dernières années, je me dis que ce n'est pas si mal que ça", analyse le président girondin.

"On finit la saison dernière avec une Coupe de France, ce que 19 clubs de Ligue 1 auraient bien aimé faire."

En parallèle, Jean-Louis Triaud se félicite que le déficit prévisionnel estimé à 20 millions d'euros l'année dernière ait été finalement divisé par trois.

UN DÉPART, UNE ARRIVÉE

"Cette année, on repart avec une situation qui va être encore améliorée", dit-il sans plus de précisions sur les chiffres, sachant que comme chaque saison, le propriétaire du club, M6, mettra la main à la poche pour éponger le déficit.

Alors, le club ne fait pas dans la démesure et ne recrute presque pas puisque peu de contacts ont été pris pour des joueurs de l'effectif qui auraient le désir de changer d'air.

"La règle n'a pas changé. Un départ, une arrivée. Et puis il y a quelques joueurs qui n'ont pas eu beaucoup de temps de jeu et qui n'ont aucune chance d'en avoir plus qui peuvent partir", précise Triaud.

D'une manière générale, le président bordelais se dit "très serein" pour la saison à venir.

"Je pense que nous avons un effectif qui nous permet de tenir la route dans ce championnat. Avec des joueurs qui se connaissent bien, un vestiaire qui est serein, où il n'y a pas de clans... Pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas?"

Avec les moyens financiers du PSG et de Monaco, le dirigeant bordelais ne se fait guère d'illusions sur les ambitions des 18 autres clubs.

Pour lui, mis à part Lyon et Marseille, dont les effectifs restent plus riches, de nombreuses équipes dont Bordeaux peuvent prétendre aux places d'honneur.

Les Girondins tenteront également d'accrocher une qualification pour une coupe européenne, compétition qui selon lui fait grandir une équipe et que Bordeaux, l'année dernière, a eu le mérite de ne pas négliger.

"C'est bon psychologiquement pour les joueurs, ça leur permet de se frotter à d'autres championnats et de progresser. Cette année, on la joue mais on ne saura qu'après le tirage quelles peuvent être nos chances de sortir des groupes."

Dans tous les cas, le président assigne comme mission à ses joueurs cette saison de "gagner le plus possible de matches", peu importe la manière.

"Il nous faut jouer nos matches à fond, ne jamais avoir de regrets. Alors pour moi, si on doit gagner nos matches 1 à 0 par un but du genou à la dernière minute, ça me va, l'objectif c'est de gagner!"

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant