Ligue 1: Jean Fernandez quitte Montpellier

le
0

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER, Hérault (Reuters) - L'entraîneur du club de football de Montpellier, Jean Fernandez, a annoncé sa démission jeudi, au lendemain de la défaite de son équipe à domicile face à Lorient, le septième match consécutif sans victoire du MHSC en Ligue 1.

"Après avoir discuté avec le président, on a pris la décision d'arrêter", a déclaré Jean Fernandez lors d'une conférence de presse organisée à la hâte, au centre d'entraînement du MHSC.

"J'ai senti que je focalisais beaucoup de critiques sur ma personne, j'ai senti que dans l'intérêt du club et de l'équipe, il valait mieux arrêter", a-t-il poursuivi sans jamais prononcer le mot "démission".

"C'est une situation difficile mais l'intérêt du club passe avant l'intérêt du coach, cela a toujours été ma philosophie", a-t-il conclu.

En 16 rencontres de Ligue 1 cette saison, Montpellier a gagné deux fois pour neuf matches nuls et cinq défaites. Au classement, le champion de France 2012 occupe la 17e place avec 15 points, soit cinq unités d'avance sur le premier relégable.

Samedi dernier, après la défaite à Marseille, le président du club, Louis Nicollin, avait fait des commentaires dont il a le secret, en faisant savoir dans la presse sportive qu'il avait "fait une connerie" en recrutant Jean Fernandez.

Le lendemain, il avait tenté de faire baisser la pression, avant de déjeuner avec son entraîneur lundi midi pour l'assurer de sa confiance renouvelée. Au sein du club héraultais, de nombreuses voix s'étaient élevées, en coulisse, pour soutenir le coach et trouver les propos du président Nicollin déplacés.

"ON APPELLE LES GENS QU'ON CONNAÎT"

Après la défaite contre Lorient (0-2), une longue discussion a eu lieu entre Jean Fernandez et Louis Nicollin, en présence de Michel Mézy, conseiller du président, mais en l'absence du président délégué, Laurent Nicollin.

"C'est toujours dommage de se séparer d'un entraîneur avec qui on a des rapports humains intéressants", a expliqué ce dernier. "C'était quelqu'un avec qui on pouvait échanger, discuter (...) Il y a des entraîneurs qui ont de la chance, lui, depuis un an, a perdu la réussite qu'il avait avant."

La succession de Jean Fernandez est désormais ouverte et le nom de Rolland Courbis, l'entraîneur qui avait fait remonter Montpellier en Ligue 2 avant l'ère René Girard, circule de manière insistante.

"On appelle les gens qu'on connaît. Moi personnellement, je connais plus Rolland Courbis que Frédéric Antonetti, donc c'est plus facile pour moi d'appeler Rolland", a fait savoir le président délégué du MHSC.

"Je veux un entraîneur qui fait gagner des matches. Après, le reste, ce n'est que littérature."

En attendant d'avoir trouvé un successeur à Jean Fernandez, l'intérim sera assuré par l'entraîneur adjoint Pascal Baills.

Edité par Olivier Guillemain et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant