Ligue 1: Jacques Rousselot veut revoir le système de relégation

le
0
LE PRÉSIDENT DE NANCY VEUT REVOIR LE SYSTÈME DE RELÉGATION EN LIGUE 1
LE PRÉSIDENT DE NANCY VEUT REVOIR LE SYSTÈME DE RELÉGATION EN LIGUE 1

par Dimitri Rahmelow

NANCY (Reuters) - Jacques Rousselot, président de l'AS Nancy-Lorraine et membre du comité exécutif de la Fédération Française de Football (FFF), envisage de proposer une révision du système de relégation et de promotion entre la L1 et la L2.

"J'en parlais à Frédéric Thiriez, le président de la Ligue de Football Professionnel (LFP) qui siège avec moi au Comex (comité exécutif). Je lui ai dit : 'il faut vraiment qu'on réfléchisse demain à organiser la Ligue 1 et la Ligue 2 différemment'", a dit Jacques Rousselot à Reuters.

"Trois descentes, c'est beaucoup. J'ai quelques idées, ça va faire grincer mais il faut peut-être songer à deux descentes selon une formule 1+1. C'est-à-dire une relégation directe et une autre qui se jouerait en barrage", précise le président de l'ASNL.

Jacques Rousselot, dont le club occupe la 17e place de Ligue 1 et mène la lutte pour le maintien, envisage une descente d'office pour le dernier de Ligue 1 à l'issue du championnat, alors que le champion de France de Ligue 2 accéderait à l'élite.

Le 19e de Ligue 1 disputerait alors un barrage contre le deuxième de Ligue 2 pour sauver sa place.

"Peut-être que mes collègues de Ligue 2 ne vont pas apprécier. Mais aujourd'hui, il y a un tel écart de ressources (entre Ligue 1 et Ligue 2, NDLR) que lorsqu'on redescend, c'est une catastrophe", argumente Rousselot qui s'estime "bien placé pour en parler".

Le président de l'ASNL ne souhaiterait pas, en revanche, un "retour aux championnats à 18 clubs", ni une "ligue fermée que le système français ne permet de toutes façons pas et qui ne correspondrait pas à l'état d'esprit de nos compétitions".

Rousselot avance des arguments économiques, et notamment la situation actuelle de clubs tels que Strasbourg, Le Mans ou en encore Sedan, qui ne parviennent pas à se relever de leur rétrogradation en Ligue 2.

"Non seulement, ce système permettrait d'être un peu plus rassuré pour les clubs moyens ou modestes. Ça permettrait aussi à des investisseurs futurs ou des actionnaires potentiels de ne pas prendre la pétoche quant à l'investissement", ajoute Rousselot.

"Je le dis aussi pour moi. Si je suis en Ligue 2, tant pis. Il faudra que je sois premier pour remonter. Ou deuxième et disputer les barrages", a déclaré le président de l'AS Nancy-Lorraine.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant