Ligue 1: Guingamp compte sur la ferveur bretonne

le
0
LA FERVEUR BRETONNE, MOTEUR DE GUINGAMP
LA FERVEUR BRETONNE, MOTEUR DE GUINGAMP

par Pierre-Henri Allain

GUINGAMP (Reuters) - De retour en Ligue 1 cette saison après neuf années à patienter en Ligue 2 et en National, l'En Avant de Guingamp, table à peu près autant sur l'engouement régional que sur le talent de ses joueurs pour assurer son maintien.

Fin juillet, le vainqueur de la Coupe de France en 2009 et second de L2 en mai dernier, dénombrait davantage d'abonnés que la ville ne compte d'habitants -7.280 au dernier recensement.

"Il y a effectivement cette ferveur populaire autour du club, mais aussi un état d'esprit qu'on a eu pour monter en L1, une dynamique à entretenir pour se maintenir", dit à Reuters Jocelyn Gourvennec, nommé entraîneur en 2010 alors que le club venait d'être rétrogradé en National.

Le technicien guingampais se félicite également de pouvoir compter sur un effectif qui n'aura pas été fondamentalement bouleversé. Le club a bouclé sans agitation le dossier des transferts, avec cinq départs pour autant d'arrivées.

"Nous avons été très réactifs pour faire en sorte que le groupe soit rapidement constitué pour bien travailler et bien se préparer. Tel qu'il est actuellement, il me convient", confirme t-il.

Guingamp a toutefois du se séparer du milieu de terrain Gianelli Imbula, élu meilleur joueur de Ligue 2 la saison dernière, parti cet été à l'Olympique de Marseille et remplacé par Younousse Sankharé, 23 ans, qui évoluait ces six derniers mois à Valenciennes.

"IL FAUDRA ÊTRE COSTAUD"

Deux autres joueurs sont en outre venus renforcer ce secteur, Claudio Beauvue, 25 ans, venu de Châteauroux mais qui a connu la L1 à Bastia de janvier à mai, ainsi que Steeven Langil, 25 ans également, recruté dans les rangs d'Auxerre.

Au bout du compte, l'effectif costarmoricain est relativement équilibré entre jeunes et joueurs d'expérience.

Le capitaine Lionel Mathis, 31 ans, le milieu de terrain Thibault Giresse et l'attaquant Mustapha Yatabaré, meilleur buteur de Ligue 2 l'année dernière avec 23 réalisations, sont restés fidèles au club.

Parmi les jeunes formés sur place, le défenseur Baïssama Sankoh, 21 ans, l'attaquant Rachid Alioui, 21 ans et le gardien Mamadou Samassa, 23 ans, devront prouver qu'ils sont au niveau.

Adepte d'un jeu ouvert et collectif, Jocelyn Gourvennec, qui a décroché le titre de meilleur technicien de L2 après sa très belle saison 2012-2013, a bien conscience que, sans renier son style, il va falloir s'adapter.

"En L2, on avait l'habitude de faire le jeu", explique-t-il. "Il est clair qu'en L1 il nous faudra être costaud défensivement et s'attendre à subir à l'extérieur contre les grosses équipes. Mais il y a aussi dans ce groupe beaucoup de générosité et de dynamisme."

L'équipe guingampaise devra également être au point dès les premières journées, successivement face à Marseille, Saint-Etienne, Lorient et le Paris Saint-Germain.

"L'En avant est un club familial, à dimension humaine et qui est en même temps très pro, avec un fonctionnement très rigoureux. Il faut trouver un équilibre entre travail, rigueur et plaisir", résume Jocelyn Gourvennec.

Pour accompagner cette nouvelle aventure en Ligue 1, le club a vu son budget passer de 12,5 à 20 millions d'euros.

Il n'en reste pas moins, comme le remarque l'entraîneur guingampais, "l'exact opposé" des clubs les plus fortunés du championnat, comme Monaco.

Mais s'il n'a pas les mêmes moyens, ailleurs, il n'y a pas la même ferveur.

Edité par Simon Carraud et Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant