Ligue 1 : et le Parc des Princes redécouvrit la ferveur

le
0
Les ultras du PSG face à Bordeaux, le 1er octobre au Parc des Princes.
Les ultras du PSG face à Bordeaux, le 1er octobre au Parc des Princes.

Pour la première fois depuis six ans, les supporteurs ultras du PSG étaient autorisés à se regrouper au sein d’une même tribune, samedi. Résultat : une ambiance du tonnerre.

Samedi 1er octobre, entre 17 et 19 heures environ, on a entendu quelque chose d’incroyable au Parc des Princes : du bruit. Le Paris-Saint-Germain (PSG) recevait Bordeaux en fin d’après-midi, et le public parisien, en plus de son chouchou Hatem Ben Arfa (absent du groupe depuis cinq matchs) et du néo-Girondin Jérémy Ménez (ex-joueur de la capitale, de 2011 à 2014), a vu réapparaître la ferveur populaire, qui était portée disparue dans ce stade depuis 2010.

Cette année-là, l’ancien président du club Robin Leproux avait mis en place un plan d’une sévérité absolue pour pacifier le Parc, autour duquel deux supporteurs avaient trouvé la mort en 2006 et en 2010. Quelque 13 000 abonnements avaient été suspendus, les associations de supporteurs avaient été dissoutes, et un système de placement aléatoire en tribunes avait été instauré. Grâce au plan Leproux, les problèmes avaient disparu. A cause de lui, l’ambiance aussi.

Le béton du Parc a tremblé Ces dernières années, la plus belle équipe de France jouait dans une atmosphère si terne que les spectateurs n’étaient plus les seuls à pleurer les chaudes soirées d’antan : même le président Nasser Al-Khelaïfi en était venu à réclamer plus de boucan, et certains joueurs (comme Blaise Matuidi) avaient fini par souhaiter ouvertement que s’achève la mise au ban des ultras. Cette semaine, la préfecture de police de Paris a donné son accord au retour de ces supporteurs plus enthousiastes et turbulents que la moyenne, précisant que, « en cas ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant