Ligue 1: Electrochoc attendu à Montpellier et Paris

le
0
MONTPELLIER ET PARIS EN QUÊTE D'UNE PREMIÈRE VICTOIRE EN LIGUE 1
MONTPELLIER ET PARIS EN QUÊTE D'UNE PREMIÈRE VICTOIRE EN LIGUE 1

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - A la peine en ce début de championnat, le Paris Saint-Germain et Montpellier ont l'occasion de lancer enfin leur saison ce week-end avec deux chocs à domicile contre Bordeaux et Marseille lors de la troisième journée de Ligue 1.

Tenu en échec par Toulouse à domicile (1-1) puis battu à Lorient (1-2) alors qu'il menait encore 1-0 à l'entame du temps additionnel, Montpellier dégage autant de fébrilité qu'il manifestait d'assurance au printemps dernier.

Les champions en titre ont semblé se laisser emporter par un relâchement coupable en Bretagne il y a une semaine, aussi la réception de Marseille, dimanche (17h00), fournit-elle aux Héraultais une belle opportunité de se ressaisir.

L'agacement était palpable dans les rangs montpelliérains après la défaite sur le fil à Lorient. L'entraîneur René Girard a refusé de parler à la presse et des joueurs ont haussé le ton.

Le milieu de terrain Romain Pitau a résumé le sentiment général vendredi en conférence de presse en appelant ses coéquipiers à se retrousser les manches.

"On a l'occasion de recevoir Marseille chez nous, on sait que ce sera un grand match, un match d'hommes où il faudra être présents, où il faudra montrer certaines valeurs pour pouvoir l'emporter", a-t-il souligné.

Montpellier pourra peut-être profiter de la fatigue des Marseillais, qui ont disputé jeudi soir un barrage aller de la Ligue Europa sur le terrain du Sheriff Tiraspol, en Moldavie.

Ce match gagné (2-1) sans briller a néanmoins permis à l'OM de voir revenir Loïc Rémy, entré en jeu pour vingt minutes, quatre mois après la blessure à la cuisse qui lui a fait rater l'Euro avec l'équipe de France.

"UNE QUESTION DE MENTAL"

Montpellier en appelle donc à un surcroît d'engagement et le discours ne varie guère du côté du Paris Saint-Germain, où les deux nuls face à Lorient à domicile (2-2) puis à Ajaccio au n'ont pas comblé les attentes suscitées par un été prometteur.

Certes, ni Zlatan Ibrahimovic, qui sera encore au repos dimanche en raison d'un pied droit douloureux, ni Thiago Silva, arrivé tard et qui devait être présenté vendredi, n'étaient présents en Corse.

Mais l'autre recrue phare de l'été, Ezequiel Lavezzi, s'est distingué par sa sortie pour un carton rouge direct davantage que par le jeu et, à l'exception de Nenê, aucun Parisien n'a semblé pouvoir mettre en danger un hôte courageux mais limité.

"Nous sommes attendus partout et devrons être mentalement à cent pour cent. On a pu voir qu'en étant à 80% ou 90%, on ne gagnait pas, même face à des équipes moins huppées", a dit cette semaine Blaise Matuidi.

"C'est une question de mental. La qualité, on l'a. Mais cela ne suffit pas contre des équipes qui ont très faim. Il faut être à notre niveau", a ajouté le milieu de terrain qui pourrait retrouver à ses côtés l'Italien Thiago Motta, de retour de blessure, dimanche face à Bordeaux (21h00).

Comme l'OM, les Girondins seront de retour d'un périple européen - ils sont allés faire match nul 0-0 jeudi soir sur le terrain de l'Etoile rouge de Belgrade - et leurs jambes seront un peu plus lourdes que celles de leurs adversaires.

Mais comme Marseille, ils ont accumulé de la confiance dans les deux premières journées marquées par deux victoires.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant