Ligue 1: de Lyon aux Champs-Elysées, les Parisiens ont vibré

le
0
LES SUPPORTERS PARISIENS AUX ANGES
LES SUPPORTERS PARISIENS AUX ANGES

PARIS (Reuters) - Au stade de Gerland comme sur les Champs-Elysées, joueurs, dirigeants et supporters parisiens ont savouré l'ivresse dimanche d'être sacré champion de France.

A Lyon, l'émotion a submergé certains d'entre eux, notamment le président du club Nasser Al Khelaïfi, les yeux rougis et le français plus hésitant encore qu'à l'accoutumée à l'heure de décrire ses émotions.

"Je suis très heureux, merci beaucoup aux supporters du PSG. C'est un grand soir. J'espère que c'est un nouveau début pour une grande histoire du PSG", a-t-il commencé par dire au micro de Canal +.

"J'étais très stressé avec Marseille à quatre points avant le match. Je pense que la prochaine saison commence déjà maintenant. Merci beaucoup à tout le monde", a ajouté le dirigeant qatari, à la tête du club depuis près de deux ans.

Juste avant de s'éclipser dans le vestiaire parisien, Al Khelaïfi a par la suite expliqué qu'il souhaitait conserver son entraîneur Carlo Ancelotti, annoncé par la presse espagnole du côté du Real Madrid.

"Il a fait du bon travail, je suis très content de lui, on va essayer de le garder", a-t-il dit.

L'intéressé s'est montré sibyllin à l'heure d'évoquer son avenir, la voix chevrotante et le verbe énigmatique.

"Je suis très heureux d'avoir gagné ici en France et on va continuer", a-t-il commencé par dire. "Maintenant on va parler avec le club, dans le calme et la tranquillité."

Ancelotti, déjà champion d'Italie avec l'AC Milan en 2004 et d'Angleterre avec Chelsea en 2010 avant ce sacre, a par la suite dit toute sa satisfaction d'avoir décroché cette récompense au terme d'un match solide face à Lyon (1-0).

"C'était un beau match, nous avons été costauds. Nous avons montré que nous méritions le titre ce soir. Ce fut une saison difficile mais après le mois de décembre, nous avons trouvé une équipe solide et compacte. On attend d'arriver à Paris pour faire la fête avec les supporters."

L'ancien entraîneur de Chelsea et du Milan AC a ensuite tenu féliciter ses joueurs, "de Zlatan Ibrahimovic qui a marqué 30 buts à celui qui n'a jamais joué, Siaka Tiéné".

"Avant la saison, l'objectif était de gagner le championnat, d'aller le plus loin possible en Ligue des champions. Je pense que l'équipe a fait un très bon travail", a-t-il souligné.

"VIVE PARIS !"

"C'est une équipe très disciplinée et professionnelle. Je voudrais remercier tous les joueurs, même ceux qui n'ont pas beaucoup joué."

Loin de ces considérations contractuelles, le défenseur central parisien Mamadou Sakho a laissé échapper quelques larmes au moment d'évoquer son premier titre de champion dans son club formateur, lui, le gamin du XXe arrondissement.

"Avec l'équipe qu'on a cette saison, l'ambiance qu'il y a, venir s'imposer à Lyon, c'est beau. C'est exceptionnel ce qu'on vit là, dix-neuf ans après. Vive Paris !", a dit l'international français.

Le gardien parisien Salvatore Sirigu, suspendu pour ce match du titre, avait lui aussi les larmes aux yeux.

"C'est magnifique ce qu'on a su faire, c'est la victoire de tout le monde. On savait qu'on était proche mais c'était difficile. Pour beaucoup d'entre nous, c'est le premier titre de notre carrière. On espère que c'est le début de beaucoup de victoires", a-t-il expliqué.

Pendant ce temps-là, à quelques centaines de kilomètres, la fête avait déjà commencé dans les rues de Paris, sur les Champs-Elysées notamment, où des centaines de personnes se sont rassemblées spontanément pour fêter le titre du PSG.

Fumigènes, champagne et concerts de klaxons étaient au rendez-vous en attendant la fête officielle, prévue lundi à 18h30 sur la place du Trocadéro.

Les joueurs du club de la capitale y recevront des mains du président de la Ligue de football professionnel, Frédéric Thiriez, le trophée "Hexagoal".

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, n'a pas attendu la grande parade pour féliciter le club de sa ville, qui figure selon lui "parmi les grandes équipes européennes de football".

"Je suis fier du PSG (...) Après le titre du Paris Saint-Germain handball et la victoire du Paris Levallois Basket en Coupe de France, c'est Paris et le sport tout entier qui rayonnent au plus haut niveau", souligne-t-il dans un communiqué.

Olivier Guillemain à Paris avec André Assier à Lyon, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant