Ligue 1 : Caen punit Marseille 3 buts à 2 au Vélodrome

le
0
Ligue 1 : Caen punit Marseille 3 buts à 2 au Vélodrome
Ligue 1 : Caen punit Marseille 3 buts à 2 au Vélodrome

Peu avant 22 H 30, ce vendredi, après plusieurs minutes d'hébétement, Marcelo Bielsa a rejoint son vestiaire totalement sonné, marqué par la bronca qui s'est abattue depuis les virages du Vélodrome. Ses hommes ont perdu dans leur antre, pour la deuxième fois de la saison, face à d'incroyables Caennais (3-2), qui forment la meilleure équipe de L 1 depuis la Saint-Sylvestre. Les Marseillais, eux, n'ont pris que neuf points sur vingt-quatre en 2015, ils n'auront gagné aucune de leurs quatre rencontres pendant ce mois de février maudit.

Le scénario se révèle plus terrible encore que le résultat brut. L'OM a mené 2-0 à la 63 minute, et il semblait se diriger vers une victoire heureuse, tant Caen méritait mieux. Et puis tout l'édifice marseillais s'est effondré, comme un château de cartes, et Caen a enfilé les buts. Il faut remonter à novembre 2008 pour retrouver un tel déroulement, quand Lorient, mené 2-0 par l'OM de Gerets, avait glacé le Vélodrome de la même manière.

La formation de Bielsa ressemble étrangement à celle de Gerets. Le jeu produit est souvent somptueux, et c'est vrai que ce vendredi Payet & Co ont pu nous régaler. Mais la fragilité défensive qui accompagne cette orgie offensive ressemble désormais à un frein terrible aux ambitions les plus hautes, surtout quand Nicolas Nkoulou, le pilier de la première partie de saison, est out jusqu'à la fin avril.

Mandanda retarde l'échéance

« Tu es sûr que tu veux tirer ? », a demandé à quatre reprises André Ayew à Michy Batshuayi, qui a bénéficié d'entrée d'un pénalty avant de le rater. Cette soirée surréaliste est parfaitement lancée. Ayew a été l'un des grands animateurs de la soirée. Grâce à l'ouverture du score qu'il a arrachée dans la surface caennaise. Mais aussi de par son positionnement baroque, qui a fragilisé le bloc marseillais. Titularisé au poste de milieu relayeur, il est monté à l'abordage, finissant souvent dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant