Ligue 1-Bordeaux toujours sans Obraniak à Nancy

le
0

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Bordeaux, qui peine à finir l'année, sera à nouveau privé dimanche à Nancy de son milieu offensif Ludovic Obraniak, absent depuis près de trois semaines.

En son absence, Bordeaux n'a pris que trois points sur douze lors des quatre derniers matchs de Ligue 1. Son dernier succès remonte au 18 novembre face à Marseille (1-0).

Entre-temps, les Girondins ont aligné deux succès en Ligue Europa (2-1 à Bruges et 2-0 face à Newcastle), ce qui leur a permis de terminer en tête de leur poule et de se qualifier pour les 16e de finale.

En championnat, malgré leur sur-place, ils pointent à la sixième place et comptent terminer l'année dans cette position, voire accrocher une place dans le Top 5.

Pourtant, à en juger par leurs piètres performances à Reims (0-0) et face à Saint-Etienne jeudi soir (0-0), les hommes de Francis Gillot ont les jambes aussi lourdes que les terrains de Ligue 1.

"On ne prend pas beaucoup de points et au niveau du jeu on n'est pas au top. Il faut s'accrocher, il y a deux matches à tenir contre deux équipes à notre portée (ndlr, après le déplacement à Nancy, Bordeaux recevra Troyes le week-end prochain)", juge l'entraîneur.

"La difficulté, c'est qu'on ne s'entraîne plus ensemble, on ne travaille plus tactiquement, c'est le lot des équipes qui font la coupe d'Europe. On va encore faire tourner."

Outre l'absence de Ludovic Obraniak qui se remet d'une entorse à la cheville gauche et souffre des adducteurs, Jussiê, victime d'un coup à un pied, est également incertain.

Se plaignant de difficultés récurrentes dans la récupération du ballon en milieu de terrain, Francis Gillot devrait faire appel à André Biyogo Poko, jeune international gabonais âgé de 19 ans, titularisé pour la première fois contre Newcastle et entré en cours de jeu face à Saint-Etienne.

"Il faut être meilleur dans la récupération. Je l'ai toujours dit, on a beaucoup de mal à récupérer les ballons et les forces qu'on y laisse, on ne les a plus pour attaquer. C'est le problème de Bordeaux depuis deux ou trois ans", explique Francis Gillot.

Pour le défenseur central Marc Planus, Bordeaux est "un petit peu moins bien".

"On a du mal à ressortir les ballons proprement, à faire de bons décalages", ajoute-t-il. "Il va falloir se faire violence sur ces deux derniers matches. Je serais déçu si les commentaires sur notre première partie de saison ne sont pas cohérents avec les efforts fournis. On est capable de passer la trêve dans les cinq premiers, ça clôturera une bonne première partie de saison."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant