Ligue 1: Bordeaux se déplace à Caen, sans prétention

le
0
BORDEAUX NE CROIT PLUS TROP À UNE QUALIFICATION POUR L'EUROPE
BORDEAUX NE CROIT PLUS TROP À UNE QUALIFICATION POUR L'EUROPE

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - A la veille de se rendre dimanche à Caen, les Bordelais, huitièmes au classement de Ligue 1 à huit journées de la fin du championnat, ne croient plus trop à une qualification pour l'Europe la saison prochaine.

À force d'égarer des points à domicile, Bordeaux a perdu ses illusions, incapable de recoller aux équipes de tête qui font généralement le plein dans leur antre.

Symbole de cette fébrilité, les Girondins se sont fait rejoindre à deux reprises dans le temps additionnel lors de leurs deux dernières rencontres à Chaban-Delmas, contre Ajaccio (1-1) et Dijon (1-1).

Le bilan comptable est simple: quatre points de perdus dans des moments décisifs, où une équipe qui mène au score doit en principe verrouiller le jeu.

"Pour l'instant on va essayer de faire profil bas, d'enchaîner les victoires, pour parler d'Europe après s'il faut", souligne, avec prudence, l'attaquant Nicolas Maurice-Belay.

Revenus dans la première partie du tableau après avoir occupé une place de relégable à la mi-novembre, les Girondins ont le sentiment d'être passés à côté d'une bien meilleure saison en perdant trop de points à domicile (deux points sur neuf lors des trois derniers matches à Chaban-Delmas).

"L'objectif, c'est de reprendre à l'extérieur les points qu'on a perdus à domicile. Grappiller des points, se concentrer sur nous et après on verra si on arrive à dépasser certaines équipes", estime l'attaquant Yoan Gouffran.

"C'EST PEUT-ÊTRE UN PROBLÈME MENTAL"

Les Bordelais ont à plusieurs reprises eu l'occasion de remonter au classement mais comme le souligne Gouffran, "à chaque fois il y a toujours un truc qui ne fonctionne pas et après les journées passent et ça devient compliqué".

Pour l'ancien Caennais, si Bordeaux cale en ce moment, les raisons sont peut-être à trouver dans le début de saison éprouvant des Girondins, tant sur le plan psychologique que sportif.

"On avait fait un très beau retour, un très bon début d'année 2012 et on est en train de tout gâcher. C'est peut-être un problème mental. On a beaucoup donné pour sortir de la zone de relégation et peut-être qu'on est fatigué mentalement pour jouer l'Europe", analyse-t-il.

S'il reste le moindre espoir de revenir sur les quatrième et cinquième places, celui-ci reste suspendu à une victoire à Caen, "une équipe plutôt joueuse, avec des joueurs bons techniquement, qui ont envie d'aller vers l'avant", selon l'entraîneur girondin Francis Gillot.

Pour ce déplacement chez une équipe en mal de points et en position de premier relégable, le technicien bordelais sera privé de son attaquant Cheick Diabaté (rhinopharyngite) et de son milieu de terrain Grégory Sertic (cuisse).

Du côté de Caen, qui reste sur une série de six matches sans victoire en championnat, Franck Dumas devra composer sans Romain Hamouma (genou), Livio Nabab (cuisse) et M'Baye Niang, trop juste physiquement. Il enregistrera en revanche les retours de Nicolas Seube et Jerry Vandam.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant