Ligue 1: Bordeaux satisfait et serein

le
0
BORDEAUX SATISFAIT ET SEREIN
BORDEAUX SATISFAIT ET SEREIN

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - La victoire 1-0 face à Marseille, qui a prolongé une invincibilité vieille de 35 ans et porté Bordeaux à la deuxième place de Ligue 1 dimanche soir, ne pouvait que ravir des Girondins plus habitués depuis longtemps à être aussi bien placés.

"Etre deuxième ça renforce la confiance. C'est presque inespéré", a dit l'entraîneur Francis Gillot après la rencontre.

Ravi d'une fin d'année "intéressante", il a ajouté : "Tous les feux sont au vert mais il faut rester vigilant."

Renvoyé à sept points du Paris Saint-Germain, alors leader, il y a encore trois journées, Bordeaux comptait dimanche soir une unité d'avance sur un PSG à l'arrêt et une seule longueur de retard sur Lyon, arrivé en tête en début de journée.

Ce retournement de situation, les joueurs en ont semblé conscients et n'ont pas manifesté de joie excessive, plutôt une sérénité qui a fait dire à Benoît Trémoulinas : "On avance masqué."

Le défenseur central Marc Planus a estimé pour sa part que l'enchaînement des victoires - quatre toutes compétitions confondues - était plus important que le seul succès du soir, fut-il de prestige face à un vieux rival.

"Ce qui fait du bien, c'est d'enchaîner trois matchs sans prendre de but", a-t-il dit.

"Bien sûr pour le public c'est important de battre Marseille. Dire qu'on a énormément de certitudes, peut-être pas. Il n'y a pas d'euphorie ce soir, le vestiaire a été très discret."

Cette deuxième place ne lui a donc inspiré qu'un "c'est bien" et fait dire que "mathématiquement on n'est pas loin de nos objectifs".

Du côté marseillais, la soirée a évidemment été bien moins réjouissante.

"Le match était compliqué", a d'abord souligné l'entraîneur Elie Baup, qui était privé d'avant-centre d'expérience

Baup a dû titulariser André Ayew en pointe, l'arrière latéral Jérémy Morel sur l'aile gauche, puis a fini le match avec une attaque composée du jeune Bilel Omrani - huit minutes en Ligue 1 jusqu'à ce match - et l'amateur de 27 ans Fabrice Apruzesse.

"On essaye de lutter avec de la générosité et de la solidarité. On a beaucoup de joueurs absents au niveau des attaquants, il faut faire avec cette situation", a-t-il dit.

A défaut de mieux, le coach olympien a retenu que son équipe était restée "tout le temps organisée et (avait) fait les efforts jusqu'au bout".

"C'est cher payé par rapport à tout l'investissement qu'on a eu", a-t-il conclu après ce match dont le scénario dessine pourtant une victoire logique des Bordelais.

Et renvoie l'OM à ses carences actuelles puisque toutes compétitions confondues, il n'a gagné qu'un seul de ses huit derniers matches.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant