Ligue 1: Bordeaux ne veut pas tomber dans l'anonymat

le
0

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Vainqueurs de la Coupe de France et qualifiés pour la Ligue Europa, les Girondins de Bordeaux tenteront encore cette saison de conserver un certain rang même si les caisses du club sonnent creux.

Depuis le triplé championnat, Coupe de la Ligue, Trophée des champions en 2009, Bordeaux a terminé chaque saison entre la cinquième et la septième place de Ligue 1. Un bilan modeste qui prouve que la roue a tourné en quatre ans.

Le Paris Saint-Germain, et maintenant Monaco ont sorti le carnet de chèques de leur propriétaire pour monter des équipes très compétitives, et Lyon et Marseille ont réussi à maintenir leur budget à un niveau satisfaisant.

Du côté bordelais, l'heure est aux économies.

Les dernières exercices déficitaires n'ont pas permis au club du Sud-Ouest d'attirer de grands noms, tout au plus de ne pas tomber complètement dans l'anonymat.

Pour la saison qui s'annonce, les Girondins de Bordeaux ont laissé partir l'arrière gauche international Benoît Trémoulinas vers le Dynamo Kiev, et l'attaquant Anthony Modeste à Hoffenheim.

Malgré ses 17 buts inscrits avec Bastia où il était prêté la saison dernière, l'ancien Angevin n'a jamais réussi à convaincre en Gironde depuis son arrivée en 2010 et a préféré quitter le club.

Hormis ces deux ventes, qui ont rapporté de neuf et 12 millions d'euros, Bordeaux a surtout essayé de stabiliser son effectif.

Julien Faubert, qui s'était engagé l'hiver dernier pour six mois, a signé pour deux années supplémentaires.

Des propositions de prolongation ont aussi été soumises à trois jeunes qui se sont imposés la saison dernière, Henri Saivet, Grégory Sertic et André Biyogo Poko, ainsi qu'au gardien international Cédric Carrasso, un temps annoncé sur le départ.

ATTAQUE AVEC LES MOYENS DU BORD

Les Girondins ont par ailleurs recruté un vétéran du championnat de France, l'ancien défenseur de Troyes Jérémie Bréchet, bientôt 34 ans, et le jeune argentin Lucas Orban, venu de l'Atlético Tigre pour pallier le départ de Trémoulinas.

Mais ils pourraient être amenés à devoir trouver également une solution de remplacement à Ludovic Obraniak, arrivé il y a un an et demi, si le milieu de terrain offensif se laissait séduire par un défi à l'étranger.

Le club pourrait aussi laisser partir sans indemnité l'attaquant David Bellion, à qui il reste un an de contrat mais qui passe depuis trois ans l'essentiel de son temps sur le banc des remplaçants.

Sur le front de l'attaque, le point faible des Bordelais la saison dernière, le club a décidé de faire avec les moyens du bord, Henri Saivet s'étant affirmé et Cheick Diabaté s'étant révélé dans les derniers mois.

Reste l'énigme Diego Rolan, vice-champion du monde des moins de 20 ans derrière la France, à qui il reste encore à démontrer tous les espoirs qui ont été placés en lui au moment de son arrivée en janvier dernier.

Le jeune attaquant Hadi Sacko, vainqueur la saison dernière de la Coupe Gambardella avec les moins de 19 ans, compte lui aussi parmi les espoirs girondins.

Derrière le PSG, Monaco, Marseille et Lyon, Bordeaux peut toujours prétendre à la cinquième place. Mais aucun objectif n'est affiché par les dirigeants qui préfèrent jouer profil bas face aux critiques lui reprochant un manque d'ambition.

Il n'en reste pas moins qu'un trophée et une place en Ligue Europa apparaissent comme un minimum pour un club six fois sacré champion de France.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant