Ligue 1: Bastos offre la victoire à Lyon contre les Verts

le
0

PARIS (Reuters) - Le Brésilien Michel Bastos a offert dimanche la victoire à l'Olympique lyonnais 1-0 dans un derby âprement disputé au stade Geoffroy Guichard, bastion de l'AS Saint-Etienne, en clôture de la 16e journée de Ligue 1.

Ce classique du football français avait cette fois-ci, en plus de son importance symbolique, un intérêt sur le plan comptable puisque l'OL a pris le large en tête du championnat avec cinq points d'avance sur le Paris Saint-Germain.

Tous les ingrédients étaient donc réunis pour assister à un match à rebondissement. Mais, comme si les deux équipes étaient tétanisées par l'enjeu, tout s'est décidé sur un coup franc direct de Michel Bastos (65e).

Tiré à ras de terre et quasiment à équidistance entre les deux poteaux, le ballon a pris le chemin des filets sous le nez du gardien Stéphane Ruffier, pris de court alors qu'il tentait encore d'ajuster son mur.

"On n'a pas fait notre meilleur match, clairement, parce qu'il y avait l'atmosphère du derby", a reconnu l'entraîneur Rémi Garde au micro de Canal+.

Hormis le but, Lyon n'a eu que très peu d'occasions. En première période, seul Anthony Réveillère s'est montré dangereux au terme d'une percée solitaire. Mais son tir n'avait pas trouvé le cadre et il a fallu s'en remettre à Michel Bastos.

Le Brésilien, qui n'avait disputé que cinq bouts de matches et une seule rencontre complète en Ligue 1 cette saison, était entré en jeu cinq minutes plus tôt pour remettre de l'ordre sans le jeu lyonnais après l'exclusion de Mouhamadou Dabo (55e).

HUIT POINTS DE RETARD POUR LES VERTS

L'arrière gauche a reçu un carton rouge pour un coup de tête à la Zinédine Zidane contre le buste de Max-Alain Gradel, coupable à ses yeux de l'avoir un peu trop bousculé.

Les Lyonnais ont donc réussi à faire basculer le match de leur côté, alors que tout jouait contre eux: non seulement ils étaient réduits à dix, mais ils avaient en plus perdu leur milieu de terrain Clément Grenier dès la onzième minute.

Symbole de la renaissance lyonnaise cette saison, le joueur formé au club s'est tenu la cuisse à la suite d'une passe avant de s'effondrer sur la pelouse, terrassé par la douleur qui se lisait sur son visage grimaçant.

Les Stéphanois ont eux aussi disputé les toutes dernières minutes de la rencontre à dix après l'exclusion à la 84e minute de l'Argentin Alejandro Alonso, entré en jeu moins de dix minutes plus tôt.

Mais, contrairement aux Lyonnais, les Stéphanois n'ont pas trouvé la solution une fois réduits à dix. Les statistiques sont têtues : les Verts n'ont plus gagné le derby chez eux en championnat depuis le mois d'avril 1994.

"C'était un match fermé, on a essayé de donner le maximum", a commenté le capitaine stéphanois Loïc Perrin. "On a essayé mais voilà, ça n'a pas marché. On est déçu parce que c'est le derby."

Mauvaise opération pour Saint-Etienne: le club est certes à la quatrième place, derrière le trio Lyon-Paris-Marseille, mais accuse désormais un retard de huit longueurs sur le leader.

Simon Carraud, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant