Ligue 1 : aucun talent local n'échappe à l'OL

le
0
Ligue 1 : aucun talent local n'échappe à l'OL
Ligue 1 : aucun talent local n'échappe à l'OL

Aligner 16 joueurs formés au club dans son effectif pro est déjà une exception. Que douze d'entre eux soient nés dans un rayon de 54 km autour du stade de Gerland est carrément une anomalie. Grâce à un maillage particulièrement efficace et à une préférence régionale, l'OL réussit ce singulier pari.

« Les statistiques de la Direction technique nationale prouvent qu'un joueur a plus de chances de réussir près de chez lui, rappelle le directeur du centre de formation lyonnais Stéphane Roche. C'est une philosophie qui existe depuis la création du centre et qui perdure. Nous sommes dans une région de football, avec un fort bassin de joueurs. »

Interactif. Carte de l'origine des joueurs en périphérie lyonnaise

Un réseau bien structuré.  Alain Thiry, recruteur historique du club disparu en ce début d'année, ne déployait son travail que dans la région. Et si Lyon s'est ouvert au national depuis quinze ans, puis à l'international ces dernières années (lire ci-contre), cette empreinte reste fortement marquée. « Jusqu'à 12 ans, on ne recrute que dans le Rhône, ensuite, jusqu'à 15 ans, on élargit à la région Rhône-Alpes, puis à la France entière à partir de 16 ans », détaille Gérard Bonneau, le responsable du recrutement des jeunes. Le dirigeant lyonnais s'appuie sur un réseau particulièrement bien structuré : 17 salariés, dont 4 à plein-temps.

Un travail de fourmi.  La région est le coeur de cible de ce ratissage minutieux : « On a un référent pour chacun des sept districts de la région et quatre observateurs en plus pour les 6 à 11 ans. La clé de la réussite, c'est de vérifier chaque info. Même quand un dirigeant nous appelle pour nous signaler un de ses bons jeunes, on le voit. Neuf fois sur 10, ça ne convient pas, mais parfois on trouve un joueur comme ça. C'est un travail de fourmi et de réseau. Il faut que tout le monde aime l'OL. » L'an dernier, la cellule de recrutement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant