Ligue 1 : après sa victoire sur Lens (0-4), l'OM donne rendez-vous au PSG

le
0
Ligue 1 : après sa victoire sur Lens (0-4), l'OM donne rendez-vous au PSG
Ligue 1 : après sa victoire sur Lens (0-4), l'OM donne rendez-vous au PSG

La France du football s'en délecte par avance. Le 5 avril, le Stade-Vélodrome sera le théâtre grandiose d'un Marseille - PSG incandescent. Rarement depuis quelques années le choc des frères ennemis n'avait suscité pareille impatience. Attisé autant de passions. En surclassant, dimanche soir au Stade de France, des Lensois valeureux mais terriblement limités, l'OM restitue donc ses lettres de noblesse au clasico hexagonal.

Pour son retour dans l'enceinte dionysienne, près de trois ans après sa dernière apparition, Marseille, informé du comportement de ses concurrents dans la course à la Ligue des champions, connaissait sa feuille de route à la virgule près. Pour accentuer la pression sur Lyon et Paris, et repousser la concurrence incarnée par Monaco et, à degré moindre, Saint-Etienne, il s'agissait de prendre trois points et, si possible, d'y ajouter la manière. A la pause, atteinte sur un score nul et vierge, on était bien loin du compte. En début de match, l'OM s'est approprié le monopole du ballon, avant de retomber inexplicablement dans ses errements.

Le coaching gagnant de Bielsa

En ne variant pas assez ses travaux d'approche et en manquant de justesse dans la dernière passe, les Phocéens réussissaient juste à rendre des couleurs à leurs adversaires artésiens. Marcelo Bielsa appréciait modérément ce brouet indigeste et avait du mal à contenir son agacement devant son banc de touche. Il sortait alors Gignac, peu en réussite, à la mi-temps pour lancer Batshuayi. Une initiative rapidement couronnée de succès. Ce coaching gagnant de l'Argentin avait le don de réveiller les Olympiens. On les voit plus intrépides. Ils ajustent enfin des offensives d'envergure et déstabilisent à l'envi une formation lensoise réduite au rang de lampiste. Par séquence, on retrouve le Marseille flamboyant de Toulouse, rapide, vif et parfois généreux dans l'effort. Romao et Ayew ôtent ensuite tout intérêt à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant