Ligue 1: Anthony Mounier veut sortir du régime sec

le
0
À MONTPELLIER, ANTHONY MOUNIER PEINE À DONNER SA PLEINE MESURE
À MONTPELLIER, ANTHONY MOUNIER PEINE À DONNER SA PLEINE MESURE

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - Anthony Mounier peine à donner sa pleine mesure depuis son arrivée cet été à Montpellier, avec qui il se rend samedi sur un terrain qu'il connaît bien, celui de Lyon, son club formateur.

L'attaquant de 25 ans est au régime sec, loin de son rendement des deux dernière saisons avec Nice : onze passes décisives en 2010-2011, huit buts et deux passes en 2011-2012.

"Je trouve que ce que je fais actuellement est insuffisant et j'en suis conscient", reconnaît-il. "Si le club m'a fait venir, c'est pour apporter beaucoup plus que ce que je ne fais actuellement."

Il a eu un petit pépin physique et a eu du mal à revenir dans le circuit", relativise son entraîneur, René Girard.

Sur la lancée d'un match plutôt prometteur en Coupe de la Ligue contre Nice (3-2) - il est à l'origine du second but, Anthony Mounier se dit sur la bonne voie.

"Il y a des passages comme cela, mais je continue à travailler et à garder confiance, il n'y a pas de raison que cela ne revienne pas. Je sens que je suis en train de me lâcher un peu plus", expose-t-il.

Son entraîneur abonde : "Il est bien, il a besoin de retrouver un peu d'efficacité. C'est un garçon qui peut espérer avoir son quota de buts sur un championnat."

Formé à Lyon, Anthony Mounier va pouvoir mesurer son retour en forme contre le club de ses débuts, dont il observe avec un oeil avisé le tournant budgétaire et donc sportif de l'été - moins de recrues confirmées, plus de temps de jeu aux jeunes.

"Je suis arrivé là-bas à l'âge de 11 ans, donc je connais tout le monde", raconte-t-il, évoquant la génération d'espoirs qui a succédé à la sienne et émerge aujourd'hui.

"J'en connais certains, j'ai joué en équipes de jeunes avec eux quand je redescendais du groupe pro", se souvient-il.

Les attaquants Rachid Ghezzal (deux titularisations en Ligue 1, deux en ligue Europa) ou Yassine Benzia (six matches en L1, deux en Ligue Europa) font leur trou, de même que le défenseur Samuel Umtiti, qui a commencé les quatre derniers matches de L1.

"C'étaient des jeunes qui arrivaient et aujourd'hui, on voit qu'ils sont petit à petit en train de faire leur place dans l'équipe, c'est une nouvelle philosophie au sein du club, et on voit que cela porte ses fruits."

Son entraîneur René Girard, là encore, tempère le propos.

"Même si Lyon s'appuie davantage sur ses jeunes, c'est une équipe qui a l'habitude de disputer des matchs de haut niveau, tout cela, ça reste, cela ne disparaît pas du jour au lendemain", tempère René Girard.

"On ne va pas pleurer non plus sur Lyon, quand on dit restructuration, tout ça, c'est quand même sympa le budget qu'ils ont, ils ne font pas la manche non plus", sourit-il.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant